AnimeTV

Bilan de la saison d’anime printemps 2023

C’est parti pour le bilan de la saison d’anime printemps 2023. Je pourrais écrire sur chaque série que j’ai vu, mais je sais aussi que je suis bien trop lente à l’exercice. Cette saison était bien moins chargée que la précédente, j’ai aussi abandonné quelques séries au bout de quelques épisodes. Si d’habitude je m’acharne un peu, cette fois-ci j’ai préféré privilégier les séries qui le plaisaient vraiment et laisser de côté celle que je ne regarde que d’un œil.
Ce fut une saison bien équilibré, avec des titres de très bonnes qualités tant pour la qualité de leur adaptation scénaristiques que de l’a réalisation. Et ça fait plaisir. Il y a bien entendu des ratés (My home hero), mais ils sont peu nombreux. Nous avons pu cette saison suivre des anime sur Crunchyroll, ADN, Disney et Netflix.

Mes coups de coeur

A journey beyond heaven ou Tengoku Daimakyo est l’un de mes coups de cœur car le manga est déjà dans mon top, mais cette adaptation est totalement à la hauteur. La réalisation est belle, de talentueux animateurs sont de la partie et ça se ressent tout au long de l’anime. Le scénario n’était pas facile à transposer à l’écran. Un grand soin y a été apporté et là aussi c’est un sans faute. Certains passages sont très durs et ils ont été traités avec soin.
Quel dommage que l’anime est été diffusé sur Disney. Il a clairement manqué de rayonnement. C’est frustrant car c’est un titre SF post apo original et très bien écrit.

Oshi no ko, autre gros coup de cœur diffusé sur ADN. C’est un manga que j’ai boudé car je ne suis pas particulièrement fan de Kaguya-sama. Le scénariste m’a pourtant bien surprise avec cette histoire. L’utilisation de la réincarnation ne se limite pas à arriver dans un autre monde avec une épée. Cette fois nous avons deux fans d’une chanteuse qui vont devenir ses enfants. Mais ce n’est que l’intro de l’histoire. Tout le reste se situe dans le star système. On y découvre des facettes peu reluisantes de l’industrie du divertissement.
Le premier épisode m’a beaucoup marqué, surtout que je ne connaissais pas le rebondissement final. Une scène relativement choquante mais qui a un impact fou. J’ai versé ma petite larme.
La suite est tout aussi passionnante. Plus qu’une saison 2, je vais lire la suite en manga. J’ai déjà commencé à en acheter une partie !

Les autres coups de cœur

Le manga Insomniaques est déjà un coup de cœur pour moi. Son adaptation, diffusée sur ADN, est fidèle, il lui manque sans doute un petit quelque chose pour l’animation. Elle est correcte, mais sans fioritures. Bien entendu, je suis tout aussi attendrit par ces deux jeunes gens. Ils sont adorables et leur relation, jamais niaise, se développe de façon très naturelle. Une rencontre fortuite, une amitié qui se construit pour devenir un couple totalement adorable.
Je recommande chaudement de lire la suite chez Soleil manga, c’est toujours un grand moment de douceur.

A ma grande honte je n’attendais vraiment rien de Skip & Loafer et je n’avais même pas envisagé de lire le manga (seinen). A la fin du premier épisode j’avais déjà changé d’avis. Si la réalisation est top, l’ambiance générale m’a tout de suite emballée. Si bien que j’attendais chaque épisode avec impatience et que j’ai acheté le manga D-one !
Vraiment ça été un énorme coup de cœur diffusé sur Crunchyroll. J’espère que la série adaptera la suite du manga. Car on sait que le rythme de Noeve n’est pas très rapide. La version US a déjà 7 tomes de disponibles…

Autre énorme coup de cœur pour Mon histoire d’amour avec Yamada Lv 999 diffusé sur Crunchyroll. Le manga est inédit en France, et j’espère sincèrement qu’il sera licencier en France prochainement. Destiné à un public un peu plus adulte, cette romance moderne et toujours bienveillante m’a littéralement charmée.
Ca fait vraiment plaisir de voir ce genre de titre en anime. C’était mon moment douceur du samedi.

Les titres à développer

Blue orchestra est diffusé sur ADN. Il est adapté d’un manga encore inédit en France. L’histoire se déroule dans un lycée qui possède un orchestre. Les élèves sont tous de très bons musiciens. Notre héros, fils d’un grand violoniste, avait perdu goût à en jouer. C’est en rencontrant une jeune fille qui désirait apprendre le violon qu’il s’est remis à en jouer.
Ce que je reproche surtout à l’anime c’est d’utiliser une CGI pas très jolie pour tous les passages où les personnages jouent du violon. Moins couteux, certes, mais aussi mois beau qu’une animation classique.
Je prends tout de même plaisir à suivre les aventures du jeune violoncelliste en herbe.

Magical destroyers était diffusé sur Crunchyroll. C’est un anime d’otaku avec des passages assez fou, mais dont une grande partie de la série manque aussi de la folie du début. Reste d’excellents générique et une envie de parler des otakus de façon un peu différente. A voir pour votre culture otaku les lieux vous seront sans aucun doute familier.

Rendez-vous dans quelques mois pour le bilan de la saison l’été !

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.