Lecturemanga - manhwa - manhua

Kotaro en solo : la vie en solitaire

Kotaro en solo est un manga de la mangaka Mami Tsumura. Il compte 10 tomes prépublié dans le magazine Big Comic Superior (seinen). Son adaptation anime est disponible sur Netflix, j’ai écrit une critique sur ce dernier.

C’est quoi l’histoire ?

À 4 ans, Kotaro vit seul en ville, dans un modeste appartement. Où sont ses parents ? Comment s’en sort-il au quotidien ? D’où vient l’argent qui lui permet de vivre ? En tout cas, il peut compter sur ses voisins pour ne pas s’ennuyer ! Il y a Shin Karino, un mangaka un peu fainéant qui peine à rencontrer le succès. Pas très loin, une femme travaille la nuit dans un club privé. Quant à l’homme qui habite à l’étage du dessous et qui est toujours en costume, il est le parfait cliché d’un yakuza.
En dépit de sa situation saugrenue, et même s’il parle comme un seigneur féodal, Kotaro semble parfois moins bizarre que ses voisins !

© Mami TSUMURA / Shôgakukan
La vie est un combat

Le jour de son emménagement, Kotaro va toquer à la porte de ses voisins pour leur offrir une boîte de mouchoirs en papier pour se présenter. Il a quatre ans et vit seul dans un des appartements. Son voisinage compte un mangaka qui traîne toujours en jogging, une hôtesse de bar et un yakuza. Des voisins cabossés par la vie, bien souvent moins matures que notre jeune héros. Pragmatique et beaucoup trop adulte pour son âge, on a souvent la gorge serrée.
Kotaro est seul au monde, on comprend assez vite que sa maman est décédée et que les services sociaux lui donne de l’argent pour qu’il puisse vivre seul. C’est bien entendu totalement impossible dans la vraie vie, mais cela permet à l’autrice de nous livrer un portrait glaçant de notre société. Il a 4 ans fait le ménage, tout en allant à l’école. Mais c’est avant tout l’opportunité de parler de thématique très sérieuse comme la maltraitance, les relations toxiques etc. Comme le fait remarquer un personnage, il est bien trop mature pour son âge. Et même s’il ne comprend pas toujours tout, il est sérieux dans tout ce qu’il fait et dans le relation qu’il entretient avec les autres.

Nouvelle famille

Il faut s’accrocher un peu au design des personnages, de très grands yeux et des têtes parfois très grande. C’est un effet assez bizarre au début, mais on s’y fait. Je conseille aussi de le lire avec un paquet de mouchoirs à proximité. Mis à part ça, c’est un excellent titre à découvrir ou à redécouvrir si vous avez déjà vu l’anime. Sans doute pas l’œuvre qui va se distinguer dans les reco, et pourtant c’est un titre vraiment très intéressant qui explore bien des maladresses et défauts de tout à chacun. Heureusement, on rit aussi à la façon trop adulte de Kotaro de parler. Et sa fixette sur les samouraïs est aussi une façon de bien faire redescendre notre tensiomètre.

Derrière cette histoire improbable, se cache un titre drôle et émouvant. Kotaro en solo est une série qui ne va pas forcément faire beaucoup parler d’elle, mais si vous tenter tout de même le voyage, elle pourrait bien vous faire chavirer le cœur. 

Public : Tout public

Service presse

Tanja

Tombée très tôt amoureuse du Japon, Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime depuis 1997 dans des fanzines puis sur plusieurs webzine et sur son blog. Dès que l'occasion se présente elle part au Japon se ressourcer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.