JaponsortiesVoyages

Love hotel et les sex shop au Japon

Love hotel et les sex shop au Japon

Le love hotel est un concept presque inconnu en France. Seul un établissement à Paris se targue d’avoir importé cette curiosité japonaise sur le vieux continent. Moins connus que le karaoke, ils sont pourtant omniprésents dans toutes grandes villes japonaises. Appeler restaurant végétarien dans la traduction de Nicky Larson, nombre de manga ou d’anime y font référence. Souvent c’est la seule occasion pour des partenaires d’être tranquille, c’est aussi le rendez-vous des adultères et des rencontres d’un soir.

Le pays en compte pas moins de 6000 sur tout son territoire. Rien qu’à Tokyo plusieurs milliers pullulent dans tous les quartiers de la capitale et pas qu’à Shibuya comme on le croit souvent.

Sans le savoir vous passez devant car les façades sont tout à fait normale, voir même très sobres et discrètes. Exception faite pour ceux d’Osaka qui rivalisent d’originalité.

UFO catcher de tenga à OSaka dans un sex shop
Petite visite au Love hotel

Le love hotel n’est pas considéré comme des hôtels de passes. Ce n’est pas glauque, c’est très intimiste, car on ne voit parfois même pas la réceptionniste, vous croisez rarement d’autres personnes, parfois la personne chargé du ménage et encore c’est relativement exceptionnel. Ces hôtels sont destinés aux couples quels qu’ils soient. Nous ne nous voilons pas la face, il y a des couples adultères, mais aussi des couples mariés qui veulent simplement avoir de l’intimité ou juste une petite sortie pour redonner un petit coup de boost à sa libido. Et quelques touristes prêts à tenter une nouvelle expérience.

P1080218
Salle de bain dans un Love hotel de Tokyo
Déco exotique ou pas ?

La principale angoisse que pourrait avoir les étrangers qui veulent essayer ce concept est la barrière de la langue. Pourtant ce n’est pas si compliqué. Pour trouver une adresse c’est relativement simple, internet est là pour vous aider. Google maps est votre ami ! Il y a même des sites qui répertorie les love hôtels. 

Contrairement aux idées reçues il n’y a pas tant de love hotel aux déco exotique ou alors ils sont hors de prix, ou complet. C’est souvent ce dernier choix qui vous vaudra d’aller d’une adresse à l’autre pour trouver une chambre de libre même sans Hello Kitty au plafond !

Il existe des déco à thème, mais ces chambres sont bien entendu les plus demandé, il faudra donc de la chance ou de la patience si vous voulez vraiment quelques choses de précis. Faites attention aussi si vous êtes non fumeur à prendre une chambre qui le sera aussi. Il n’y a pas de fenêtre dans ce genre d’endroit vous pourriez vite ne pas du tout vous sentir bien avec l’odeur du tabac froid.

P1080219
Love hotel à Shibuya
Durée et prix de location

Une fois qu’on a trouvé une adresse, vous vous engouffrez dans une entrée discrète. Les chambres sont affichées généralement sur le mur, parfois il faut choisir sur un catalogue. Vous ne verrez toujours le visage de la (ou le) réceptionniste caché dernière un petit rideau, mais la personne vous aidera toujours. Avec un peu de débrouille quelques mots de japonais et d’anglais, on arrive toujours à obtenir sa clef !

Il y a certains termes à intégrer avant de venir. Tout d’abord il faut choisir son option : « stay » (quelques heures) « rest » (une nuit complète). Le prix varie avec le temps passé sur place. Chaque établissement proposent les durées plus ou moins longues. Vous pourrez parfois rester juste 1h30 quand d’autres ne proposent pas moins de 4h.  

Les prix sont évidemment différents si vous restez 2h ou plus, ils augmentent aussi avec la qualité de l’hôtel comme un hôtel normal. Il faut compter en moyenne entre 3000 et 5000 yens. Vous pouvez évidement trouver des hôtels plus luxueux à 10000 yens de l’heure.

Généralement le paiement se fait en liquide, mais bien souvent vous pouvez payer aussi par carte bancaire.

P1080228
Et sur des cartes -comme au karaoke- des options comme des rafraîchissements, des repas ou plus exotique des costumes et autres jouets érotiques.
Accessoires et autres possibilités

Ce qui est appréciable c’est que tout est fait pour que vous sentiez comme chez vous. Une petite entrée, une salle de bain toute équipée, des toilettes et une chambre avec même parfois un petit coin salon. Vous pouvez commander des boissons et à manger, mais aussi des accessoires autre que ceux déjà présents dans la chambre. Ces derniers sont généralement aussi payant contre quelques yens. Idem pour les préservatifs et le lubrifiant.

Les prestations dépendent de chaque établissement, mais on trouve toujours une télé, des consoles de jeux, des préservatifs, la clim, de quoi faire du thé, des produits pour se laver, un sèche-cheveux et parfois des jouets en libre-service ou à louer. Sur votre télé vous pouvez regarder la télé, faire du karaoke louer ou regarder gratuitement des films érotiques. 

P1080217

Sex shop

Sex shop Love merci à Akihabara

Cependant, rien ne vous empêche de venir avec vos propres sextoy ou d’en acheter sur place. Il y a une très grand gamme de choix que ce soit pour les hommes ou pour les femmes. Les magasins sont généralement sur plusieurs étages avec en vrac des DVD, des sex toys, des préservatifs, des lubrifiants, des costumes, des poupées taille réel etc. Parfois certains étages sont interdits aux femmes, vous devrez donc laissez votre compagnon seul, mais il y a aussi de très beaux rayons pour les femmes avec les sex toys derniers cris. 

Vous pouvez passer avant à Akihabara pour faire quelques achats : lubrifiant, préservatifs, sextoy, costumes et autres trouvailles. Ces magasins sont souvent sur plusieurs étages et sont beaucoup moins glauque que ceux de Pigalle (même si les magasins de sextoys ont bien évolués en France depuis quelques années).

Sex shop à Osaka

Dans certains il y a aussi des autels en l’honneur du phallus parce que les kamis sont toujours là pour une bonne érection.

Les love hotel et sex shop Japon c’est carrément sympa. Neko cafe, onsen, hotel capsule, karaoke, mad cafe, love hotel… C’est une expérience comme une autre au pays du dépaysement.

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.