JaponVoyage 01 - 1998/1999

1er voyage au Japon – 3e jour

Aujourd’hui, nous allons dans l’est de Tôkyô à Ochanomizu, depuis la station de métro, on traverse un pont et nous voici dans une rue comprenant plusieurs magasins de guitares ainsi que de partitions. J’en profite pour acheter des médiators aux noms de mes artistes favoris LUNA SEA, ROUAGE, hide

Nous mangeons dans un yoshinoya un gyudon (Bol de riz recouvert de viande de bœuf). C’est un repas pas cher, consistant et rapide. A recommander aux bourses plates. C’est devenu depuis l’une de mes chaînes de restaurants préférées !

yoshinoya

Comme la gare du JR est proche, on la prend pour aller à Kawasaki car nous allons à notre premier concert au club Citta’ (qui a changé de place depuis). La salle est assez proche de la gare. Il est tôt, les portes ouvrent à 15h et l’event débute à 16. Devant, déjà beaucoup de fans attendent.

clubcitta

Notre amie japonaise nous remet nos places ; nous n’avons plus qu’à patienter notre tour (ils appellent dans des hauts parleurs les numéros qui se trouvent sur votre billet). Lorsque l’on entre des jeunes filles nous donne un paquet de flyers. La salle est relativement grande (1000 places), mais l’event ne sera pas comble (tant mieux on pourra être devant).
Un peu septique, nous laissons nos sacs derrière nous, sur un côté de la salle. S’il existe parfois des casiers dans les salles de concerts, on peut aussi les laisser dans la salle, normalement il n’y a pas de vol.

Oh ! YEAH ! SPECIAL / Kawasaki Club citta’

ticket

Elpihas Levi
Deflower
Flair
Pure
Rose
The Piass
Amadeus
Pleiades
Sine Sine dan
Maria de rose
Fatima
Cannary
Missalina Rei
NOI’X

002Le flyers

Le Oh ! YEAH ! SPECIAL est un live event de Key Party. A 16 heures passées les lumières s’éteignent.

Le rideau s’ouvre sur une scène étrange, des candélabres, un pied de micro fleuri de roses rouges, Eliphas Levi apparaît. Moi qui connaissait leur premier album, Rideru no akai Shomotsu, et qui n’avait pas franchement accroché, j’ai été surprise du résultat ! Leur mise en scène est si originale que l’on entre vite dans leur monde. Finalement je trouvais ça pas si mal que ça : l’effet live ! D’entrée de jeu ils interprètent Rebith, les deux chansons suivantes semblent être tirées de leurs demo tape car je ne les connais. Le synthé est moins présent que dans l’album se qui n’est pas plus mal. Parce qu’il un peu encombrant on va dire…

005

Bêtes gaijin que nous sommes, nous applaudissons, mais au Japon ça ne se fait pas, le public se contente d’agiter les bras et de hurler sa joie. Chaque groupe passent à un quart d’heure d’intervalle à raison de trois chansons.

Suit Deflower qui devint Noir fleurir par la suite, tout de suite Kengo, le bassiste nous tape dans l’œil. Ses mimiques, son sourire, sa façon de se déplacer très personnelle, tout est là pour le rendre attachant. Ils interpréteront les trois titres de leur 3e demo tape : Shinseru hana (The dead flower), Yousei tachi no higeki motana funi et Rasen no shin katara fuukei (avec les « lanilanirura » entêtant).
Les guitaristes nous ont repéré, six gaijin ça se voit de loin surtout que nous sommes à peine à trois mètres de la scène. Un des deux nous envoie même un piku (médiator). A l’époque ils ont un chanteur de session qui notons le n’avait pas beaucoup de voix.

Des groupes un peu moins intéressants se succèdent. Flair se prend un vent terrible. Alors du coup ils s’amusent sur scène. Ils enverront deux médiators que personne n’ira chercher (Gloups). Il n’y aura qu’un fan pour lever les bras pour les saluer. Leur musique n’était pas mauvaise. Ils n’étaient simplement pas au bon concert.
Pure (P.U.A. par la suite, puis ZIPANG) au accent très shaznaïen, nous feront balancer les bras. Aoi, le chanteur, agitait une clochette qu’il finit par envoyer dans le public. Mouais… sans plus.
Rose (Sefaid par la suite), ne sont plus que deux sur scène, les autres membres du groupes étant partis deux semaines plus tôt… Le guitariste faisait pitié avec sa perruque rouge qui ne tenait pas sur sa tête.
Arrive The piass, eux aussi n’auront pas beaucoup de fans. Une fan arrivera en trombe du fond de la salle bousculant tout le monde pour aller head banguer devant la scène. Très énergique notre petit groupe les encourage, non mais ! Ils faisaient leur come back après une longue absence.

Amadeus est alors sur la scène, ce groupe que je n’ai pas du tout aimé en C.D. me plait plus en action. Toutes les fans headbanguent sur l’intro de Kyozô no kami. Nene, la chanteuse, a une flûte traversière dont elle ne se servira pas, mais sa voix est magnifique. Seiji (plus tard chanteur de Moi dix mois) bouge comme un beau diable à la façon de Gackt.

006

Avec l’aide d’une amie japonaise nous parlons avec des fans on leur montre le visual rock (puisqu’à l’époque j’en faisais partie, même si le PROTOTYPE était déjà en court de chantier). Elles sont surprises et amusées. Les jeunes filles nous tireront par la main pour venir devant avec elles pour voir Pleiades (séparés depuis). Le groupe est énergique sur scène et la musique plaisante. Ils interprètent leurs titres du mini false. XXX DOLL est la plus dynamique les filles se jettent en avant sur certains passages.
Pendant l’entracte dans le hall d’entrée nous aurons la chance de leur parler et de leur faire signer des autographes.

Pendant ce temps d’autres groupes sont en scène, mais bon de loin c’était bof-bof : Sine Sine dan, toujours du monde si si !, et Maria†de†rose dont c’était d’ailleurs le dernier concert.
Dans le hall quelques stands pour acheter C.D., demo tape et photos sont là et me tendent les bras !

Les membres de pleiades se faufilent incognito dans le fond de la salle pour aller voir leurs copains de Fatima (séparé depuis). J’avoue les avoir beaucoup aimé sur scène, leur prestation terminée je me suis précipitée pour acheter leur single DOWNER. Leur son à l’époque est synthétique et bourrin. Lay le bassiste en vinyle cuissardes bleues et blanches est dans son trip très sexe. Hitomi (Sanaka), le chanteur est impressionnant avec ses longs cheveux noirs, faisant une chorégraphie complexe sur un des trois titres. On en redemande !! Et à la batterie à l’époque se trouve Daisuke qui sera ensuite le chanteur de Kagerou et The Stud

Pendant ce temps je reste dans la salle. Nous verrons CANARY qui si ils passent bien en live sont une véritable calamité en C.D.

Puis enfin c’est l’arrivée de Missalina Rei, l’intro de Santi-U (Macross +) me chatouille les oreilles, nous arrivons à nous glisser juste en face du micro à 2 mètres devant la scène. Arisu arrive en dernier vêtu d’une panoplie de Mère Noël. Il a une bière à la main et fait boire une gorgée à tous les autre membres. Malgré le problème de guitare, Arisu continue de chanter comme si de rien n’était. Sur la première chanson, les filles agitent violemment leur chevelure et battent le rythme avec leurs bras, les versions C.D. sont molles à côté. Shiroi Tsubasa est celle que j’ai tout de suite retenu même si je n’avais pas encore acheté leur C.D. Sur le refrain on sautille en agitant le bras de droite à gauche, c’est amusant ! Hiro (guitare) se fume une cigarette. Le groupe est très décontracté. De plus ils ont beaucoup de fans hurlant et gesticulant.

004

Nouvelle pose, puis c’est au tour de NOI’X. ENFIN ! Je suis venue pour ça moi ! Avec beaucoup de chance on réussit à se mettre face au micro et j’ai juste une fille devant moi collée à la scène). Cette fois-ci c’est The movie d’Aerosmith qui est utilisé pour l’introduction.
Le rideau est fermé, et la basse de Lucca commence sur l’intro de Rushed Blue, on voit les artistes arriver un par un, Shina (chant) en dernier. Il tient à la main une figurine de Gargoyle (le dessin animé américain) ! Sur la partie la plus mélodieuse du refrain il jette un coup d’œil vers nous, il est un peu étonné car nous chantons avec lui. Ils interpréteront ensuite CrueL puis Guranadêra no hana kotoba dans laquelle Shina réduit en pièce sont bouquet de marguerites. L’album CROIX est vraiment un bon album que j’ai récupéré quelques mois plutôt. Et même si la voix de Shina n’est pas des plus juste, les mélodies punk pop sont agréables.

MA’J et Risato restées dans le hall font la connaissance des membres du groupe Amadeus. Comme ils sont leur propre producteur, il est beaucoup plus facile de les approcher. Rendez-vous fut donc pris pour le dimanche. Leurs maquillages et leur costumes sont splendides.

Seiji est l’un des plus sympathique des trois ! Par contre se qu’on ne peut pas savoir sur la photo c’est qu’il sentait la bière. ^_~

Voilà le concert se termine là, il est déjà 23 h 00 et il nous faut sortir et regagner Kiba.
Devant l’entrée les groupes eux même distribuent leurs flyers. C’est ainsi que nous faisons la connaissance de Shizumi le batteur de Mitre Curé, comme on leur dit (lui et son staff -des filles uniquement-) que nous sommes français, avec l’aide de Risato, on essaye de leur expliquer ce que veut dire leur nom ainsi que la bonne prononciation. Shizumi montre quelques difficultés à prononcer Mitre Curé. On repart avec des autographes ^_^ ! ! Quelques mois plus tard ils changeront de nom pour devenir Mélusine. Shizumi est devenu par la suite le batteur de Kagerô.

001Le flyers dédicacé

Plus loin un autre groupe est déjà en costume : Laissez faire. Là aussi ils sont surpris, en faite Dye (le guitariste) a étudié le français et il y est déjà venu en vacances pendant 1 semaine ! Il avait d’ailleurs perdu son passeport et là retrouvé juste pour revenir ^^’.
Ils nous dédicacent leur flyer, et on leur commandent leur demo tape. Ils sont vraiment adorables dommage que nous ne pouvions pas rester, pour les voir sur scène. Le groupe se séparera en 2001 et Dye sera ensuite dans le groupe Hanoru, Red-ey et puis Shichisanshiki. Depuis son départ du groupe nous n’avons plus de nouvelle.

003Le flyers de Laissez faire

La tête pleine de rêves nous repartons et attrapons le dernier métro.

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.