Nouveaux mangas lus : je rattrape mon retard !!

Si j’ai pris beaucoup de retard dans mes lectures, c’est encore pire en ce qui concerne l’écriture d’article sur le sujet… 4 mois de retard et pourtant ce n’était pas les bons mangas qui manquaient !! Petit tour d’horizon des dernières nouveautés (plus si nouvelles que ça pour le coup je m’en excuse !).

IMG_20150529_190037

Je commence avec Je reviendrai vous voir de George Morikawa (Ippo) d’après l’oeuvre de Nobumi.
Nobumi est un jeune père de famille. Il est surtout auteur de livres illustrés destinés aux enfants. À l’instar de nombreux japonais, il sera, le 11 mars 2011, choqué à vie par la triple catastrophe qui s’abat sur son pays. Un peu naïf, et le cœur empli d’espoir, il décide alors d’envoyer gratuitement plusieurs milliers d’ouvrages jeunesse (dont les siens) pour distraire les enfants de la zone sinistrée. Mais quand il annoncera son don sur son blog, les réactions des internautes seront pour le moins… violentes ! Choqué et meurtri jusqu’au plus profond de son âme, Nobumi va alors vivre une véritable crise artistique, dont une seule issue sera possible : laissant pour plusieurs jours sa vie confortable de tokyoïte, il part en tant que bénévole volontaire, pour aider à la reconstruction de la zone sinistrée du nord est du Japon.
Ce one shot change vraiment de ce que l’on peut lire habituellement, il montre à quel point on peut être désemparé face à une catastrophe. On a beau vouloir aider, savoir comment le faire est une autre histoire. Les critiques des anonymes sur internet semblent aussi être monnaie courante au Japon. La critique étant bien plus facile que l’action.
Très bien dessiné et mis en scène, d’autres mangaka ont participé en clin d’œil.

IMG_20150601_084904

Boichi est un mangaka coréen qui sera l’invité de JAPAN EXPO et des éditions Doki Doki. Voulant en savoir plus j’ai trouvé dans notre bibliothèque Wall man un autre manga de cet auteur.
J’ai été surprise de dévorer ces deux premiers tomes. Certes l’histoire n’est pas original et tout ceci est bourré de cliché et de fan service. Mais j’ai trouvé le coup de crayon génial. C’est un mixe étrange entre manga et comics. C’est visuellement époustouflant, la tension sexuelle entre le héros et la jeune demoiselle est palpable, bien plus que ce qu’on voit d’habitude. Il parait que ce n’est pas son meilleur manga, dans ce cas j’ai hâte de lire les autres !

IMG_20150530_153256

Faute d’avoir un jour la suite et la fin de Nana, nous devons patienter avec les œuvres de jeunesse de Ai Yazawa. Marine blue est un shojo publier entre la fin des années 80 et le début des années 90.
À 12 ans, Haruka Tachinaba manque de se noyer en voulant nager trop loin dans la mer, et est sauvée par Tooru Akikawa, qui se trouve être dans la même classe qu’elle. Petit à petit elle se lit d’amitié avec lui. Lorsque Rika, une de ses amies, lui demande d’aider leur amie commune Kyôko à déclarer ses sentiments à Tooru, Haruka accepte mais ne peut finalement rien dire. Elle est alors ostracisée par ses camarades de classe et, blessée, tente d’ignorer Tooru ainsi que ses propres sentiments. Celui-ci ne peut lui annoncer son départ imminent pour les États-Unis, et part sans rien dire, en lui laissant son chien Dolphin. Haruka se réfugie alors dans une école religieuse.

Quatre ans plus tard, elle a réussi à se faire une bonne amie, Tomoyo. Soudain, Tooru revient dans sa vie, et elle retrouve les sentiments qu’elle a pu avoir pour lui. Lorsqu’elle découvre que Tomoyo est amoureuse de Tooru, elle ne sait plus comment réagir car elle ne souhaite surtout pas blesser son amie, surtout qu’elle se rend compte que Ippei, son cousin qu’elle fréquente depuis des années, est amoureux d’elle.

On le ressent fortement de part le trait caractéristique de ces années là mais aussi par le look des personnages qui a pris un certains coup de vieux. Son style ne s’est pas encore affranchie de ses influences de jeunes dessinatrice cependant on prend vite plaisir à cette histoire d’amour certes classique, mais assez sympathique à lire.

IMG_20150606_085256

Arlsan est sans doute l’un des romans de fantasy le plus connus du Japon (avec Guin Saga de Kaoru Kurimoto). Jamais publié en France nous avons droit à une adaptation de cette oeuvre par la grande Hiromu Arakawa (Full Metal Alchemist, Silver Spoon)

A la frontière de l’Orient et de l’Occident se trouve le prospère royaume de Parse, tenu d’une main de fer par le redoutable roi Andragoras. Avec sa frêle carrure et son maniement approximatif des armes, difficile pour le jeune prince Arslân de revendiquer son statut d’héritier du trône. Alors âgé de 14 ans, il va prendre part à sa première bataille afin de repousser l’envahisseur lusitanien dans la plaine d’Atropathènes. Un jour marqué du sceau de l’infamie qui fera basculer à jamais son destin et celui du royaume de Parse.

Le trait de Arakawa va parfaitement avec le récit de fantasy. L’interview à la fin du volume est une bonne idée. Elle permet aux deux auteurs de discuter de cette oeuvre et d’en apprendre un peu plus sur le cheminement jusqu’à la publication. Pour le moment il y a encore peu de tomes, mais la fin prochaine de Silver Spoon lui laissera sans doute plus de temps pour la suite. L’anime est déjà disponible en simulcast en France chez Wakanim !

IMG_20150605_081626

Harold Sakuishi a laissé de côté son manga 7 shakespeare pour se concentrer sur un nouveau titre : Rin. Au premier abord on a tous pensé à un Bakuman bis, mais il n’en est rien.

Fushimi est un étudiant qui aspire à devenir mangaka. Rin est un mannequin qui semble posséder des pouvoirs psychiques. Que se passerait-il si leurs chemins se croisaient ?

Pour le moment seul le tome 1 est disponible. Si l’histoire est pour le moment très basique, j’attends beaucoup de la suite. L’avenir nous dira si l’auteur de Beck saura offrir un contenu original. Affaire à suivre…

IMG_20150503_094050

Saint Seiya: Saintia Shō de Chimaki Kuori

Attention ce manga est à oublier, à fuir même je dirais. C’est un ramassis de tous les clichés les plus éculés du shojo mixé à la franchise de Saint Seiya de Masami Kurumada (qui l’exploite jusqu’à la corde, j’espère qu’il a une belle piscine !). C’est tellement vu et revu que ça en devient comique par bien des aspects. L’héroïne et ses copines sont gourdes et ont le charisme d’huîtres pas fraîches. Le dessin est somme toute assez sympa, mais c’est dur de supporter tant de niaiserie et les dialogues insipides.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

4 pensées sur “Nouveaux mangas lus : je rattrape mon retard !!

  • 29 juin 2015 à 16 h 00 min
    Permalink

    La situation de fukushima est très délicate. Je pense que tout aurait été plus facile si le gouvernement avait fait ce qu’il fallait, au lieu de débiter des âneries. je suis d’ailleurs en train de lire plusieurs livre sur le sujet au final tu sais pas si tu dois pleurer, être dépité ou en colère…
    Boichi, autant je trouve son dessin super beau autant j’adhère pas à ses histoires…
    Arslan on risque d’attendre avec 3 tomes au compteurs d’ailleurs ça y est l’anime qui prenait son temps vient de le rattraper vers l’épisode 11/12. L’anime est dispensable, c’est mal animé, les combats sont pas dynamiques, les chevaux ont des yeux de poissons morts, Ghib dont l’humour passe en manga et juste lourd…etc…faut que je finisse les précédentes OAV. Dommage qu’ils n’aient pas continuer à publier le roman en france.

  • 29 juin 2015 à 16 h 26 min
    Permalink

    Ah si tu as des titres de livres je suis preneuse !

    J’ai pas vu l’anime mais du coup tu donnes pas envie !!! lol

  • 29 juin 2015 à 17 h 01 min
    Permalink

    Je suis en train de lire « fukushima récit d’un désastre » de Michaël Ferrier, « le dernier homme de Fukushima » de Antonio Pagnotta, « De Hiroshima à Fukushima : le combat du Dr Hida face aux ravages dissimulés du nucléaire », « L’accident de Fukushima Dai Ichi. Volume I, L’anéantissement : le récit du directeur de la centrale » pour le dernier c’est plus une longue interview.
    Après il existe plein d’autres livres mais ce sont pas des romans (en tout les cas ils se lisent pas comme tels)

  • 29 juin 2015 à 18 h 25 min
    Permalink

    Merci ^^ !!!

Commentaires fermés.