Japan expo 2022 : Le debrief

Japan Expo est un événement majeur dans le paysage des amateurs de la culture japonaise. Mais deux ans de pandémie nous avaient privées de cette petite folie de quatre jours. Aussi épuisant qu’exaltant, le festival ne cesse de nous surprendre malgré les difficultés actuelles dans l’événementiel.

Personnellement, je ne viens pas tous les ans. Il m’est déjà arrivée de ne tout simplement pas avoir envie d’y venir. Mais c’est quand on n’a plus l’occasion de s’y rendre qu’on a envie d’y aller. Certes l’affiche de cette année pourrait sembler bien vide. Mais peu d’invités Japonais avaient pu programmer leur venue en France. La machine va se remettre en place tout doucement.

Les stands et les activités

Je suis ici pour deux choses : mon blog et Journal du Japon. Pour ce dernier je vais passer les quatre jours à alimenter les réseaux sociaux que ce soit Twitter ou Instagram. J’ai arpenter la convention de long en large perdant un peu plus l’usage de mes genoux au fil des jours. L’entrée est divisée en plusieurs endroits. Du coup au départ la partie éditeur semble un peu vide. C’est parfait pour faire des photos !
Le stand le plus visible et le plus conséquent est celui de Crunchyroll ! Des jeux, une boutique, bref de quoi contenter les fans autant des anime que des mangas (encore sous le label Kaze pour le moment). Il y a même une partie privée au dessus de la boutique pour les interviews, émissions, et rencontres pro.
Les autres ne sont pas en reste avec des activités qui donnent bien souvent droit à un petit goodies. Les éditeurs se sont vraiment cassés la tête pour vous proposer plus qu’un stand où acheter vos mangas. C’est aussi l’occasion, sans doute, de découvrir des éditeurs moins connus.

© Photo de Tanja – Ne pas reproduire sans autorisation

J’ai essayé d’aller à certaines conférences, elles étaient nombreuses dans tout le festival sur pas mal de scènes différentes.
Côté affluence, le vendredi est un calvaire. La convention affiche complet. Et croyez moi ça se sent dans les allées. Même le samedi qui est une journée bien pleine, et bien c’est compliqué. Heureusement la clim fait son effet. Il fait chaud, mais ça va.

© Photo de Tanja – Ne pas reproduire sans autorisation
Les concerts
© Photo de Tanja – Ne pas reproduire sans autorisation

Je n’ai pas fait énormément de concerts. J’ai fait un de ceux de Maki Kobayashi et celui de blank paper. Pour le reste je n’ai pas eu le temps ou alors c’était à des moments où je ne pouvais pas. Je suis parfois passée devant la scène Sakura où il y avait des concerts plus traditionnels. Je n’ai même pas eu le temps de voir Saé qui s’occupait de la scène Tsubame…

© Photo de Tanja – Ne pas reproduire sans autorisation

Pour blank paper c’était le feu ! Outre le groupe qui est très professionnel, les fans présents étaient aux anges de pouvoir les voir en chair et en os, tout en étant discipliné alors qu’il y avait zéro sécurité. Il y aura un live report + interview très prochainement sur Journal du Japon et ensuite ici. Si c’est encore un « secret » tout le monde a reconnu la grande Koda Kumi (même moi c’est dire !), ainsi que son époux Kenji03 du groupe Back-on. Ce come back des deux chanteurs est fait pour buzzer au Japon. Nous sommes totalement utilisés dans cette optique, autant en profiter un max. Le showcase a été mémorable.

Les dédicaces
© Photo de Tanja – Ne pas reproduire sans autorisation

Je repars avec quelques dédicaces, dont celles de Toth-M le dessinateur de Distress, mais aussi Kochei qui dessine Gradalis. Ce fut un plaisir de discuter avec eux et d’attendre avec Prof Isekai pour l’un et Yaoi cast pour l’autre.
Je ne pensais pas pouvoir en avoir une de Kotteri! mais Noeve a permis à la presse ou aux exposants d’avoir des tickets aussi ce qui était super de leur part. Il fallait juste arriver tôt le matin. Merci encore à eux d’avoir fait ce petit geste qui nous touche beaucoup !

Les interviews
© Photo de Tanja – Ne pas reproduire sans autorisation

J’ai été raisonnable car en 2019, un peu trop gourmande, certaines n’ont jamais été publié. Car oui, c’est long à retranscrire. Alors, cette fois je n’en ai fait que trois. La 1re sera blank paper qui sera publié cet été. Ensuite, à la rentrée celle de Kotteri! (Veil) et Caly (Hana no breath, Nova). Pour l’anecdote celle de Kotteri! s’est décidée au dernier moment, mais le pire ça été les bouchons avant d’arriver au parking. Nous avons mis 30 min ! Je suis entrée en catastrophe et essoufflée. Comme est très courte il faudra que je creuse un peu plus pour avoir assez de contenu.

C’est un retour fracassant qui m’a valu de la fatigue, de belles retrouvailles, d’aussi belles nouvelles rencontres et des tonnes de souvenirs !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.