Prince captif : une trilogie fantasy captivante

Laurent par Chinatsu Kurahana, illustration du roman au Japon

C’est d’une façon indirect que je suis tombée sur la trilogie du Prince captif. Je cherchais des illustrations inspirés des livres Shades of magic quand je suis tombée sur les dessins de l’illustratrice anglaise Yingying Jiang (Allez sur son site ses illustrations sont à tomber par terre). Ses illustrations du Prince captif sont splendides je cherche donc à savoir d’où ça vient. C’est une trilogie de fantasy gay érotique. Érotique. Le mot est lâché ! Je ne vous cache pas que je n’en avais jamais lu. Soyons honnêtes, dans la littérature, ce sont rarement des chef d’oeuvre et je n’ai jamais accroché aux manga yaoi que j’ai pu feuilleter. Mais n’écoutant que mon courage je me suis lancée dans l’aventure. Et bien m’en a pris.

L’auteure C.S Capat a publié elle-même son premier tome sur internet. Suite au succès de ce dernier, elle a été publié par une maison d’édition. Prince captif a été traduit en plusieurs langues et possède une version japonaise dont j’ai mis une illustration pour cet article. Pinterest et tumblr regorgent de fanart.
La trilogie joui d’une très bonne fanbase. Il faut dire qu’il est difficile de ne pas tomber sous le charme de la romance entre les deux héros. Je vous spoile pas vraiment car l’essentiel est de savoir comment ça va arriver et non si ça va arriver.

fanart de Damen

Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s’empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi. Pas de bol ça commence mal pour notre héros. C’est un beau brun, musclé et ténébreux qui devient esclave sexuel. Diantre. Il doit cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…
Face à lui son nouveau maître, le prince Laurent, beau blond à la peau laiteuse, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Pas de bol. Laurent est détestable, il n’est pas loin de tuer Damen. Mais il y a trois tomes donc il va devoir attendre un peu.
Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.

J’avoue j’ai lu les trois bouquins en trois jours. Premièrement parce qu’ils sont courts, deuxièmement parce qu’ils sont bien !
Si vous n’aimez pas la fantasy ou les histoires d’amour gay passez votre chemin, si cela vous intrigue, vous pourriez passer un agréable moment. Le premier tome est une sorte d’introduction. C’est clairement le moins bon des trois. Le début est un peu rapide, on ne sait rien de Damen et de son royaume, la suite est parfois dérangeante, du sexe gratuit pas toujours bienvenue et souvent répugnant (viol, pédophilie, tout y passe). Cela dit c’est en réel contraste avec ce qui va se déroulera dans les tomes suivants. L’histoire commence vraiment à devenir intéressante à la fin du 1er tome.

C’est donc sans attendre que j’ai plongé dans les deux tomes suivants L’esclave et Le roi. J’ai trouvé que c’était mieux écrit, que l’histoire des deux héros avançait de façon logique, ils se cherchent et Laurent n’est pas ce qu’il paraît être dans le premier volume. Dans le premier tome Laurent est détestable, ce n’est que petit à petit qu’on découvre non un homme différent. Damen apprend à connaître Laurent à savoir pourquoi il se comporte comme il le fait. Damen lui évolue aussi, mais reste le même droit et fixé sur ses objectifs.
Mais surtout il y a une histoire. On suit donc avec intérêt les combats, l’avancement des troupes, les trahisons et les coups de théâtres. Rien n’est gratuit (peut-être les Jeux quand même). Et si la fin de la trilogie est un peu rapide et convenue, le lecteur en a quand même eu pour son argent.
Les différents personnages secondaires même s’il ne sont pas forcément autant développer que nos héros restent pour certains attachants.

Les scènes de sexe ne sont pas si nombreuses et jamais gratuites, jamais malsaine dans ces deux tomes. C’est sans doute ce qui renforce l’empathie pour le couple que forme Damen et Laurent. C’est sain (pourtant au vu du 1er tome on pourrait avoir des doutes surtout au vu du passif de Damen), jamais vulgaire (à part peut-être le langage entre eux), c’est passionné et c’est écrit de façon étonnante avec beaucoup, beaucoup de détails.

Laurent, illustration de Yingying Jiang (carte postale vendue sur son site)

J’ai passé un agréable moment avec la trilogie Prince captif. Si le genre ne vous effraie pas allez-y, je doute de trouver une série de Fantasy érotique de cette qualité ailleurs, mais je suis ouverte si vous avez des titres à balancer. L’auteure est en ce moment sur une série de BD, FENCE, dont elle est la scénariste.
Prince captif est pour un public averti.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.