Le départ ébouriffant de Burn the witch !

Burn the witch est un manga de TITE Kubo l’auteur de Bleach. Initialement, c’était un one-shot paru en 2018 pour commémorer les 50 ans du Shônen Jump. Deux ans plus tard et quelques chapitres en plus, il a été décidé d’en faire une série. Vous pouvez lire en anglais sur l’application Manga plus pour les plus pressés. Très attendu, le tome 1 est déjà prévu en France pour février 2021 chez Glénat.
Mais le plus original, c’est que la série s’est vue adaptée en moyen-métrage d’une heure sorti au Japon en octobre au cinéma. Chez nous c’est sous la forme d’une mini-série de trois épisodes que vous pouvez la voir sur Crunchyroll et ADN.

Historiquement, 72 % de tous les décès à Londres sont liés aux dragons, des êtres fantastiques invisibles pour la majorité des gens. Bien qu’ils soient inconnus de la plupart des gens, certains ont tenu tête à ces dragons.
Seuls les habitants de la partie cachée de Londres peuvent voir les dragons. Mais parmi ces gens, à peine quelques rares élus deviennent des sorciers ou des sorcières, seuls êtres habilités à entrer en contact avec eux.
Les protagonistes de l’histoire sont le duo de sorcières Noel Niihashi et Ninny Spangcole. Elles sont des agentes de protection pour Wing Bind (WB), une organisation pour la conservation et la gestion des dragons. Leur mission est de protéger et de gérer les dragons de Londres au nom de la population.

Dans les premières scènes on nous explique comment fonctionne ce monde parallèle et quelles sont ses particularités. On peut dire qu’on est vite dans l’ambiance avec la poursuite d’un premier dragon, puis très vite d’un suivant. Noel et Ninny, sont deux sorcières qui chassent les dragons, Balgo lui est « endragonné ». Il a le don de déclencher des événements sans qu’on sache vraiment le pourquoi du comment pour le moment.

Burn the witch étant un film la réalisation est soignée. Animateur et chara-designer Tatsurou Kawano s’est vu confier sa première réalisation, il s’en sort parfaitement. Chika Suzumura au scénario s’est aussi débrouillée pour qu’on rentre totalement dans ce monde sans s’y perdre. Je ne connais pas du tout l’univers de Bleach, s’y y a eu des clins d’œil ou je ne sais quoi impossible pour moi de m’en rendre compte. Mais justement pour une newbie comme du travail de  TITE Kubo se n’est pas un handicape pour entrer dans le monde de fantasy de Burn the witch, bien au contraire y a un petit air d’Harry Potter qui est fort agréable. Je ne vous cache pas que se petit détour à Londres est fort sympathique et change des buildings tokyoïtes.

Du coup on n’a qu’un générique de fin Blowing de NiL qui somme toute assez basique, mais les illustrations sont très belles.

Est-ce que ça m’a donné envie de lire la suite en manga ? Oui, absolument ! Même si du peu que j’ai vu niveau des illustrations, je préfère le chara desing de Natsuki Yamada pour l’anime. hormis ce petit ajustement à faire dans mon cerveau, pour le reste je pense vraiment que ça vaut le coup. Le tout reste à savoir si le manga aura autant de succès que son prédécesseur.

Cette mini-série, Burn the witch, est un excellent moyen d’enter dans ce monde étrange et plein de mystères. L’animation est au top, si vous avez l’occasion et même sans connaître l’univers de TITE Kubo alors lancez-vous dans l’aventure.

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.