World’s end, un film qui donne soif !

21018957_20130711170611603.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

J’adore Shaun of the Dead et Hot Fuzz, c’est donc sans me poser de questions que je suis allée voir Le dernier pub avant la fin du monde.

21014960_20130624181718377.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLe dernier pub avant la fin du monde

Synopsis : L’histoire débute le 22 juin 1990 dans la petite ville anglaise de Newton Haven : cinq adolescents au comble de l’âge ingrat fêtent la fin des cours en se lançant dans une tournée épique des pubs de la ville. Malgré leur enthousiasme, et avec l’absorption d’un nombre impressionnant de pintes de bière, ils ne parviennent pas à leur but, le dernier pub sur leur liste : The World’s End (La Fin du Monde). Une vingtaine d’années plus tard, nos cinq mousquetaires ont tous quitté leur ville natale et sont devenus des hommes avec femme, enfants et responsabilités, à l’alarmante exception de celui qui fut un temps leur meneur, Gary King, un quarantenaire tirant exagérément sur la corde de son adolescence attardée. L’incorrigible Gary, tristement conscient du décalage qui le sépare aujourd’hui de son meilleur ami d’antan Andy, souhaite coûte que coûte réitérer l’épreuve de leur marathon alcoolisé. Il convainc Andy, Steven, Oliver et Peter de se réunir un vendredi après-midi. Gary est comme un poisson dans l’eau. Le défi : une nuit, cinq potes, douze pubs, avec un minimum d’une pinte chacun par pub. À leur arrivée à Newton Haven, le club des cinq retrouve Sam, la sœur d’Oliver pour qui Gary et Steven en pincent toujours. Alors que la fine équipe tente, tant bien que mal, d’accorder le passé avec le présent, une série de retrouvailles avec de vieilles connaissances et des lieux familiers les font soudain prendre conscience que le véritable enjeu, c’est l’avenir, non seulement le leur, mais celui de l’humanité entière, et arriver à «La Fin du Monde» devient le dernier de leurs soucis..

Avis : World’s end, clôture à merveille la trilogie Blood and Ice Cream (ou Trilogie Cornetto). Après Shaun of the Dead, le film de zombie, Hot Fuz le film policier, voici World’s end, le film de sciences fiction.

Humour, action et bière sont au rendez-vous. On retrouve la ce qui a fait le succès des précédents films avec une narration dynamique et des joutes verbales absurdes comme on les aime. La SF n’est pas le point fort de Simon Pegg et Nick Frost, on avait pu déjà le constater dans Paul. Malgré cela, on passe un excellent moment avec World’s end, si l’humour n’est pas toujours subtil, cela ne m’a pas dérangé car des mecs bourrés c’est pas vraiment la chose la plus subtil qu’on puisse rencontrer.

J’ai par contre été agréablement surprise par les scènes de combats, chorégraphiées avec beaucoup de rythme et de classe. Et que c’est bon de voir des tonnes de livres de bière et de ne jamais entendre : A consommer avec modération !! Oui elle m’énerve cette phrase, comme si ça changeait quelque chose au problème ! Et si le film m’a donné une petite soif je n’ai même pas bu une petite mousse en rentrant chez moi. Tout ce perd ma bonne dame…

En conclusion, même les extra terrestres ne peuvent rien contre un mec bourré 😀

Note : 17/20

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

2 pensées sur “World’s end, un film qui donne soif !

  • 11 septembre 2013 à 10 h 57 min
    Permalink

    oui la BO, le montage, les acteurs, très bons moments !! ^^

Commentaires fermés.