Sachimo : Principle & Crie-moi que tu m’aimes !

J’ai envie aujourd’hui de présenter les deux derniers titres de Sachimo sortie en France chez IDP Hana Collection. C’est une autrice dont j’ai déjà parlé de Yes, my destiny et Black or white.

Principle est un manga pour un public averti, chaque chapitre contient un thème : Pervert, super darling, guy, bitch et buddy mais qui constitue une seule histoire au final.

Yamashiro, charpentier sexy et musclé, ne couche qu’avec ce qu’il appelle des « magiciens » : des hommes de plus de 30 ans encore puceaux, pour qui il joue le rôle de la fille. Mais pour se protéger, il s’impose un certain nombre de règles à suivre.
Jusqu’au jour où il rencontre Yashiro, un architecte d’élite qui travaille en partenariat avec le patron de Yamashiro, et qu’il déteste au premier regard. Quand Yashiro se présente comme étant un « magicien », il couche tout de même avec lui, mais Yashiro n’a pas l’air de vouloir se plier à l’une des règles de Yamashiro : « ne jamais le faire plus d’une fois avec la même personne ».

Entre ces deux personnages va naître de drôles de sentiments, l’un faisant clairement du rentre dedans à l’autre en mode pervers (en même temps c’est le thème !). Notre héros quant à lui n’a en fait peur que d’une chose être blessé. Au final il est assez touchant, alors qu’au départ il passe d’un homme à un autre sans sentiments juste pour le sexe.

Un one-shot sexy, il est très sympa à lire. On est clairement là pour mater des beaux garçons bien fait et prenant leur pied. Et c’est franchement pas désagréable.  Ne vous attendez à rien d’autres de plus profond. Les dessins sont franchement beaux et l’anatomie de ses messieurs est fort agréable.

Crie-moi que tu m’aimes ! est le second titre date de 2018 et c’est un one-shot qui se divise en deux histoires. Crie-moi que tu m’aimes ! et Youth cinema.

La première histoire est aussi la plus courte. Hayashida, qui a le pouvoir d’entendre les pensées des gens, ne souhaite qu’une chose : trouver la personne qui lui est destinée, c’est-à-dire quelqu’un dont il est incapable de lire les pensées. Un jour, il parvient à capter les pensées d’un senpai nommé Mori, qui a très mauvaise réputation. Or, Mori ne pense tout simplement qu’aux poitrines des filles, et lorsque Hayashida se rend compte que Mori dit tout ce qu’il pense, sans le moindre filtre, il commence à s’intéresser à lui. Par souci d’honnêteté envers lui, il décide de lui avouer la nature de son pouvoir, et se retrouve très surpris lorsqu’il surprend Mori à le trouver « mignon »… et surtout lorsque celui-ci se met à l’embrasser !

C’est tout mimi et au final Hayashida ne cherchait sans doute pas la bonne personne. Selon son auteure des deux histoires de ce recueils c’est celui qui lui ressemble le plus (et au fond de moi je dis ouf). Histoire courte en 4 chapitres, ainsi qu’un bonus à la fin du tome, Crie-moi que tu m’aimes est au final une jolie histoire, mais qui ne marquera pas plus que ça.

La suivante Youth cinema est plus marquante, mais aussi beaucoup plus dérangeante. L’histoire se passe au lycée avec un jeune, Todo qui a un problème assez délicat il a un phimosis (on ne peut pas découvrir le gland du pénis, car la peau qui le recouvre, appelée prépuce, est trop serrée à son extrémité). Il est approché par un camarade de classe, Yamamoto qui lui propose son aide. Début somme toute assez classique, mais la fin pourrait bien vous surprendre. En tous les cas moi, elle m’a surprise.

Après la lecture on comprends mieux pourquoi Crie-moi que tu m’aimes ! a été choisi pour être en premier par son éditrice.

Deux one-shot sympathique, j’ai une petite préférence pour Principal, un excellent tome pour se vider la l’esprit. Crie-moi que tu m’aimes ! est sans doute plus anecdotique. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.