Crossfaith a fait trembler le Trabendo

Le groupe Crossfaith était au Trabendo le 19 août, non pas en tête d’affiche, mais pour la tournée du groupe américain Of Muice & Men.

Le début des hostilités sont au groupe écossais, Bleed from within. C’est pas mon truc, et l’ambiance peine à monter, mais ils font le job tout de même. Ce n’est jamais facile de chauffer la salle quand les groupes les plus attendus sont après vous. C’est la première fois que je vais voir le groupe sur scène. Il vient très souvent, mais je n’ai jamais pris le temps d’écouter leurs albums. C’est honteux n’est-ce pas ? A vrai dire je ne connais que Make move, cependant j’avais écouter EX_MACHINA et j’avais trouvé ça pas mal.

Certains membres du groupe montent sur scène pour les premiers réglages, ils semblent déjà bien à l’aise. Et alors qu’on leur fait signe que l’heure tourne, ils regagnent les coulisses. Cette fois la fosse est pleine, elle chauffe. Les fans sont déjà chauds.

Lorsque la salle est plongée dans le noir la musique Deus ex machina retenti. La musique électro fait bon ménage avec le son  metal en mode boite de nuit ou rave party. Ça donne  un petit arrière goût festif particulier. Le claviériste donne de sa personne allant jusqu’à plonger dans la foule screamant de bon cœur. Pourtant avec deux batteries sur scène ils manquent clairement de place pour s’exprimer pleinement. La cadence est folle. Ils enchaînent leurs titres à toute vitesse, la fosse s’enflamme enchaînant les circle pit. Le public ne manque pas d’entrain déterminé à ne pas louper une seconde de Crossfaith.

La fosse bat au rythme du cœur de la musique de Crossfaith. Rien à voir avec le groupe précédent, le public est à fond, les murs du Trabendo tremblent. Monolith offre encore une bonne occasion au public de bouger et de se donner à fond. Sur scène chanteur et musiciens se lâchent.

Pour le titre the perfect nightmare la fosse se transforme en véritable enfer, ça bogue, ça headbangue, ça saute, ça slam le pire cauchemar d’un spectateur tranquille. Moi, je suis pénard derrière ma barrière, ce qui ne m’empêche pas d’apprécier la vivacité des participants. Je ferais pas mon mètre cinquante je serais dans la fosse à headbanger.

Le set est extrêmement court les cinq titres seulement avant de lancer Laviathan tiré de leur mini Zion. Koie Kenta, le chanteur nous explique que la France est un pays particulier pour eux cher à leur cœur et que le groupe compte bien revenir l’année prochaine pour un concert plus long. Ce que tout le monde espère car le public était encore chaud pour en découdre. Malgré les demandes le groupe ne reviendra pas et salut son public comme il se doit.

Trop puissant, trop court, le groupe japonais a offert à son public en quelques minutes un set explosif énergie. Le trabendo a vibré au son des guitares et de l’électro de Crossfaith, il ne m’a donné qu’une envie des revoir pour un set bien plus long, car même si je ne connassais que peu de titres, j’avais vraiment envie d’en voir plus.

See you next year !

set list

Deus ex machina (SE)
1 – catastrophe (deus ex machina)
2 – monolith (Zion)
3 – the perfect nightmare (deus ex machina)
4 – freedom (deus ex machina)
5 – leviathan (Zion)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.