Paparazzi un boy’s love cliché ?

Paparazzi est un manga de Rô Nishimoto était prépublié dans le magazine OnBlue. On connait l’autrice pour son titre qui a plus que diviser les fanq de BL en France à savoir Two Sides of the Same Coin. C’est son cinquième manga, un one-shot publié chez Hana Editions dans l’Hana Collection.

De quoi ça parle ?

Ryû Honda est un acteur dont la popularité crève le plafond. Manato Higa est un paparazzi qui n’apprécie pas trop son travail.
Un jour, Manato tombe sur Ryû alors qu’il cherche à échapper à des poursuivants, mais il ne le reconnaît pas car il a mauvaise mémoire pour tout ce qui concerne les célébrités ; le comble, pour un paparazzi. C’est grâce à sa petite amie, fan de l’acteur, qu’il apprend sa véritable identité.
Quelques jours plus tard, il le recroise en compagnie d’une femme… Manato est tiraillé entre sa conscience, qui lui rappelle que Ryû lui est venu en aide, et sa peur car le directeur du journal pour lequel il travaille lui a dit qu’il le licencierait s’il ne ramenait pas de meilleures photos.
Manato, à la recherche d’un scoop, décide donc de photographier Ryû en situation compromettante, mais celui-ci s’en aperçoit…

Clichés ou pas ?

Paparazzi fera plus l’unanimité que Two Sides of the Same Coin. Certes il y a du non consentement avec quelques verres d’alcool. Mais ça sert l’histoire Ryû passe vraiment pour un gros connard dès le début. On peut même dire qu’il est assez antipathique. Il s’est forgé une image de beau gosse, froid et autoritaire. Mais on sent que ces deux partis sont fait pour être en couple, même si pour garder un peu de suspens tout ne va pas se dérouler sans quelques complications. Ryû s’aura t-il s’ouvrir à Manato. Quant à ce dernier arriver a-t-il a remettre de l’ordre dans ses sentiments ?

Petit point qui m’a chiffonner. Si tu n’es pas physionomiste et que tu veux embrasser la carrière de paparazzi, un conseil change de job. Certes ils sont souvent gros réseau pour débusquer les stars, mais surtout ils vont les reconnaître ! C’est leur fond de commerce. Bref, mise à part cette bizarrerie Paparazzi m’a beaucoup plu. Il peut aussi changer de voie, je vous invite à lire le manga pour le découvrir.

Petit plaisir coupable

Les dessins sont magnifiques, c’était déjà un des points forts de Two Sides of the Same Coin. J’ai même l’impression que c’est encore plus détaillé. Les corps sont d’un réalisme souvent époustouflant et l’emploi de trame pour souligner les formes est incroyable de maîtrise. C’est un régal pour les yeux. Les scènes de sexe n’en sont que plus agréable à lire. Les deux héros sont très expressifs et ils ont l’air tous les deux de gravures de mode. Je ne saurais me décider sur qui est le plus beau.

Si vous aviez quelques réticences sur son titre précédent, Paparazzi est plein de bonnes surprises. On n’échappe pas à des clichés boy’s love sans doute un peu d’un autre temps. Mais si on le lit comme un titre plaisir coupable ça passe crème.

Paparazzi a été une assez bonne surprise. Je suis sans doute plus habitué à ce genre de boy’s love désormais et certaines choses ne me choquerons pas plus que ça. J’ai avant toute chose savourer les dessins que je trouve à tomber par terre.

public : public averti - sexe - non consentement - +18 ans

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Une réflexion sur “Paparazzi un boy’s love cliché ?

  • 16 avril 2022 à 0 h 47 min
    Permalien

    Ahah, j’avoue, je suis lectrice de BL depuis une éternité, et ils arrivent encore à me choquer parfois ^^
    Je ne connais ni Two Sides of the Same Coin ni Paparazzi, mais ça m’a franchement donné envie de les découvrir. Merci (シ_ _)シ

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.