Lecturemanga - manhwa - manhua

Trois titres Boys love à découvrir dont Color recipe

Aujourd’hui, laissez moi vous faire découvrir trois titres Boys love : Color recipe, Our Love will last time et Jealousy blinds love. Ils sont tous édité chez Taifu comics en 2023.

Color recipe

De quoi ça parle ?

Shôkichi est un coiffeur très impliqué dans son travail, mais qui souffre de son manque de courtoisie. Son quotidien va être bouleversé le jour où Fukusuke, un célèbre coiffeur intègre son salon.
Loin d’être aussi asociale et rigide que Shôkichi, Fukusuke est plutôt insouciant et sarcastique.
Cette opposition va rapidement rendre leurs relations très compliquées.
Cependant, certains événements étranges vont amener les deux hommes à se rapprocher. Shôkichi changera-t-il d’avis sur ce collègue qui s’est incrusté dans sa vie… pour le meilleur… et le pire ?

Une longue attente récompensée 

J’avais la première édition de Color recipe pour le coup le premier tome n’attendait pas forcément de suite. J’ai donc attendu comme tout le monde que ça se débloque au niveau des droits. Le second tome est édité dans une autre maison édition au Japon. Si on compare les deux éditions, la nouvelle est de bien meilleur qualité (papier, prise en main, impression) et il y a un petit chapitre supplémentaire.
La relation entre Shôkichi et Fukusuke est loin d’être saine. L’écriture des personnages par Harada fait tout le sel de cette petite série. Fukusuke est un manipulateur qui va tout faire pour que Shôkichi soit à lui. Qu’importe s’il doit lui faire des crasses tant que c’est calculé pour le faire tomber dans ses bras (et dans son lit). Il aime le voir pleurer, pourtant petit à petit ça ne va plus l’exciter… Que se passe-t-il ? Amour, torture, Fukusuke serait-il sur le point de changer ?

Color recipe est une perle du BL psychologique aussi malaisant que plaisant à lire. Attention tout de même aux âmes sensible, ce titre n’est pas pour tout le monde, surtout si vous avez eu dans votre entourage un manipulateur ou un pervers narcissique. 

Our Love will last time

De quoi ça parle ?

Hiroto est presque un étudiant comme les autres, à cela près qu’il se souvient de sa précédente vie. Autrefois fils héritier d’une lignée royale, il était profondément amoureux de Mika, un roturier, ce qui provoqua leur perte à tous les deux… La mémoire lui est revenue quand il était enfant, et depuis, persuadé que son ancien amant est dans la même situation, il n’a de cesse de le chercher. Il n’a qu’un seul désir : que cette fois-ci, ils puissent vivre heureux.
Le destin les réunit à nouveau, mais Hiroto découvre avec stupeur que Mika a tout oublié… Comment faire pour qu’il se souvienne ? Et dans cette nouvelle réalité, Mika tomberait-il amoureux d’Hiroto ?

Réincarnation 

Hiroto se souvient de sa précédente vie, il était un héritier d’une lignée royale. Il était amoureux d’un roturier nommé Mika, ce dernier sera exécuté à cause de leur relation impossible. Lors de sa nouvelle vie, il cherche désespérément son amour passé. Il espère que lui aussi se souviendra  de sa vie précédente. Mais quand enfin, il le rencontre à nouveau, celui-ci n’a pas l’air de se souvenir de lui. Qu’à cela ne tienne , il est prêt à le conquérir à nouveau. Que ressentira son partenaire quand il retrouvera ses anciens souvenirs ?
Nanako Haida est une autrice prolifique dont on a pu déjà lire High-key Low-key un titre érotique qui a  atteint la 7e place aux Chil-Chil BL Award 2021.

Son style n’est pas celui que je préfère, mais son one-shot se lit sans déplaisir sans pour autant être très original.

Jealousy blinds love

De quoi ça parle ?

Kirino est un pianiste qui sent qu’il a atteint les limites de son talent, et qui passe ses journées à se morfondre. Pour se changer les idées, il décide de mettre le grappin sur Takase, un jeune et talentueux élève en musique qui l’admire. Voilà qui devrait faire du bien à son amour-propre et apaiser sa frustration… Néanmoins, si dans un premier temps ce manège lui donne entière satisfaction, petit à petit, l’adorable docilité de Takase lui devient de plus en plus indispensable… Tel est pris qui croyait prendre ? Jouer avec les émotions est un jeu risqué. Jusqu’où cela les emporte a-t-il ?

Jalousie maladive

Plus connu pour son titre Kabukicho bad trip, nous allons découvrir Eiji Nagisa avec Jealousy blinds love. Tout comme Harada, on retrouve cet aspect psychologique et un poil manipulateur. Si l’amour fait changer le mauvais garçon (ça n’arrive pas dans la vie), la façon dont il tombe amoureux est plutôt bien écrite. Ses dessins sont vraiment très propre et même si il manque encore un peu de maturité dans l’exécution, Jealousy blinds love, fait parfaitement le job.
Petit plus qui me fait toujours craquer, ça se passe dans le milieu de la musique. Je suis en partie conquise rien qu’en abordant ce sujet et ce même si on parle de classique et non de pop ou de rock.

Jealousy blinds love est un titre qui m’a bien plu même si la relation entre Takase et Kirino n’est pas saine au début tout du moins. De plus Eiji Nagisa a vraiment un style graphique que j’apprécie beaucoup. 

 

Service presse

Tanja

Tombée très tôt amoureuse du Japon, Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime depuis 1997 dans des fanzines puis sur plusieurs webzine et sur son blog. Dès que l'occasion se présente elle part au Japon se ressourcer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.