Cinéma

The Lunchbox, une simple erreur de livraison

21001217_2013042417122956.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Comme c’est souvent le cas je suis allée voir ce film par instinct. Déjà c’est en Inde donc ça me plait bien, ça change des films à grand spectacle de Bollywood et puis le résumé avait l’air sympa. Je n’ai pas vu la bande annonce, mais qu’importe mon cinéma de quartier va le passer, c’est donc l’occasion ou jamais ! Je me suis précipité la première semaine de diffusion en pensant que ce serait la seule, et bien il a dû avoir du succès car il entame sa 4e semaine !

21054428_20131031170113166.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxThe Lunchbox

Synopsis : Ila, une jeune femme délaissée par son mari, se met en quatre pour tenter de le reconquérir en lui préparant un savoureux déjeuner. Elle confie ensuite sa lunchbox au gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay. Le soir, Ila attend de son mari des compliments qui ne viennent pas. En réalité, la Lunchbox a été remise accidentellement à Saajan, un homme solitaire, proche de la retraite. Comprenant qu’une erreur de livraison s’est produite, Ila glisse alors dans la lunchbox un petit mot, dans l’espoir de percer le mystère.

Le réalisateur Ritesh Batra a eu l’idée de The Lunchbox grâce à un service typiquement indien les Dabbawallahs. Il s’agit de livreurs de boite repas pour déjeuner. Elles sont confectionnées par les femmes chez elle ou par un restaurateur. Elles sont ensuite livrées au bureau grâce à un système de code couleur utilisé par les employés qui sont pour la plupart illettrés. Ce système utilisé à Mumbay est pratiquement infaillible. Le film nous décrit bien le trajet que prennent ces petites boites à travers l’enfer urbain de la capitale économique de l’Inde.

Dans The Lunchbox, la boite n’arrive pas à son propriétaire, mais chez un salarié, veuf, qui va commencer une relation épistolière avec la jeune femme qui cuisine son repas. Bien joué, agréablement filmé, ce film se déguste avec plaisir, sans que les bons sentiments ne soient écœurants. J’ai été touché par ces deux protagonistes à qui la vie n’a pas fait que des cadeaux.

J’aurais tout de même quelques reproches comme le rythme un peu mollasson qui m’a fait croire que plus de 2h c’était passée au lieu de 1h40, et surtout cette fin très ouverte, avec peu de réponse qu’en à l’avenir des personnages.

Mais que cela ne vous empêche pas d’aller voir The lunchbox une comédie sentimentale qui n’est pas à l’eau de rose.

Note : 15/20

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.