Cinéma

Albator, le corsaire de l’espace

albator

Albator c’est le héros de mon enfance ! Je dois bien vous avouer que je n’ai jamais revu le dessin animé depuis sa diffusion dans récré A2. Ne me reste donc qu’un souvenir assez flous de l’histoire, mis à part le générique que je connais bien entendu par cœur. Un nouveau film avec un design plus réaliste en 3D a titiller mon attention et même si j’ai été un peu réticente au début, j’ai voulu aller vérifier en salle si le corsaire de l’espace avait toujours la classe.

21045968_20131002122115037.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx (1)Albator, le corsaire de l’espace

Synopsis : 2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace. Il est condamné à mort, mais reste insaisissable. Le jeune Yama, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia, alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre la Coalition Gaia afin de défendre sa planète d’origine, la Terre.

Avis : Pour cette fois j’ai dérogé à mes principes, je suis allée le voir en VF et en 3D. Je peux même dire que j’étais au 1er rang parce qu’on pensait qu’il n’y aurait personne. Grosse erreur la salle était pleine. Cela dit l’immersion en 3D était totale et j’ai eu des picotements dans l’estomac quand on suivait l’Arcadia !

J’avais quelques appréhensions avant de le voir, surtout en ce qui concerne le scénario et son manque de dynamisme. A la sortie de la séance j’étais tombée totalement sous le charme de cette version ténébreuse et dépressive de mon héros d’antan.

Ce que j’ai aimé ce sont les personnages vraiment très séduisants (autant Kei que Yama ou Albator), l’animation, les textures, la 3D (si, si ! Je l’ai dis ! J’ai aimé, les lunettes de ce cinéma étaient très agréable et être au premier rang à quelques avantages l’immersion étant totale), et l’histoire qui m’a captivée. Cette dernière était sans doute prévisible et capillotracté, mais je l’ai trouvé quand même intéressante.

On peut regretter le fan service avec Kei sous sa douche, mais comme je m’y attendais j’ai trouvé ça très court, incongru certes, mais pas si improbable quand on connait les japonais.

Bref, Albator a fait un retour par la grande porte, certes il est torturé, certes c’est en 3D, mais merde ça avait une sacrée gueule quand même ! J’en redemande !

Note : 16/20

Tanja

Tatiana Chedebois, plus connue sous le nom de plume "Tanja", écrit sur la J-music, les mangas et les anime depuis plus de 25 ans. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). Avec son groupe de visual kei français elle fait en 2004 la première partie de Blood premier groupe de vk à venir en France. En 2019, elle cocrée le podcast du BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre. Puis en 2022, elle intègre la team du Cri du mochi pour parler manga et anime généraliste sur Twitch.

2 réflexions sur “Albator, le corsaire de l’espace

  • pichoune

    Ah la famause scène sous la douche, sans quoi le scénario ne tiendrait pas ! :p
    Au départ je devais aller le voir avec une amie qui a finalement refusée prétextant qu’Albator n’était pas assez expressif…euh c’est un peu la base du bonhomme son inexpressivité. S’il devait rire à george déployée en se tapant sur les cuisses ça serait plus Albator…J’ai trouvé au contraire les persos expressif au niveau des émotions, parfois certes il y avait quelque chose de figé mais plus dans la démarche.
    *attention spoilers*
    Pour Yama, tout ce qui allait se passer avec lui était assez prévisible, déjà sa ressemblance avec Albator en version jeune. Par moment je l’ai trouvé un peu con-con le Yama (la grosse vanne marquée DANGER c’était pas pour rien). D’ailleurs je voudrais bien que l’on m’explique la fin : tout le monde meurt, Miimey à fait ses adieux, la matière noire épuisée, albator bléssé donne son bandeau à Yama symbolique du passage de flambeau, du genre Albator est une idée, celle de la liberté et ne meurt pas…et soudain, tout le monde se relève et continue comme si de rien n’était…WTF ???Ya un truc que j’ai loupé ?? je voudrais qu’on m’explique !
    De même le vaisseau à fait devier une fois le faisceau voulant détruire la terre mais je crois que l’engin est encore là. Qu’est ce qui les empêche de recommencer ??
    Sinon le triangle amoureux : le frère de Yama est amoureux de Nami et pense que cette dernière est amoureuse de Yama, alors qu’il semble bien que se soit le contraire. Donc dans la scène de parlotte où elle dit qu’elle aime Yama, c’était juste de la provoque pour qu’il la tue car elle en avait marre ?Je demande car j’ai trouvé certaines scènes de dialogues assez confuse.
    De même que j’ai trouvé le pétage de plombs d’albator assez « léger » détruire la terre juste parce qu’un avion de Gaia c’est posé dessus, c’est un peu pousse quand même…
    Dommage que Kei n’est qu’une scène badass et que le reste elle était juste la jeune femme en détresse…
    en dehors de ça l’arcadia dans sa fumée…*amour* albator et sa chevelure toujours au vent *amour*
    J’étais à la fois ultra contente du film ( ça carresse le fan tout ça) et en même temps il y a des trucs un peu niais, simples.Mais bon Albator quoi…

  • Je suis ressortie totalement amoureuse d’Albator lol Non, mais à mon âge voyons…
    Je peux pas aider pour la fin, faudrait que je le revois (blu ray viiiiens à moi :D). C’est un peu tiré par les cheveux parfois, pas parfait, mais j’ai passé un excellent moment quand même…

    **en dehors de ça l’arcadia dans sa fumée…*amour* albator et sa chevelure toujours au vent *amour*
    ouiiiiiiiiiiiiiii pareil !!

    humhum désolée :p

Commentaires fermés.