Cinéma

BROKEN ou la perte de l’innocence

broken

J’ai profité d’une coupure de courant dans notre immeuble pour aller au cinéma. Si c’était prévu de longue date (matinée offerte par la maison), je n’arrivais pas à me décider sur ce que j’allais voir. J’ai hésité avec Total Recall, mais au vu des notes sur Senscritique et Allociné j’ai opté pour un film indépendant britannique. Bizarrement, je n’irais jamais voir un film français de cette catégorie, mais quand c’est anglais ça passe comme une lettre à la poste. Allez comprendre…

broken91 – BROKEN

Avis : Ce récit gigogne, adapté d’un livre de Daniel Clay, il a fait l’ouverture de la Semaine de la Critique au festival de Cannes 2012. Je m’attendais à pleurer, mais ça n’a pas été le cas. Non pas que je n’ai pas été touché par le récit, mais le réalisateur n’a pas non plus trop appuyer sur la corde sensible. La fin m’a aussi un peu déçu, mais je n’en dirais pas plus pour ne pas spoiler.

Récit gigogne
réalisme social
donneur de leçons

Pourtant il y avait de quoi se laisser aller à une petite larmichette avec ce drame tendant vers le réalisme social car il mets en scène des histoires très dures. Dans ce quartier, véritable microcosme de notre société actuelle se retrouvent des personnages aux vies brisés ou en passe de l’être. C’est pas joyeux, joyeux pour une fin d’été j’en conviens.

On peut sans doute reprocher au film d’être un peu donneur de leçons. Mais il nous permet surtout de nous questionner sur la difficulté d’être parents à notre époque. Doit-on surprotéger nos enfants ? Comment gérer le passage vers l’adolescence et la perte de l’innocence ? BROKEN a le mérite de nous y faire réfléchir.

Les acteurs ne sont pas tous des inconnus, on retrouve Tim Roth héros de la série américaine Lie to me, mais aussi Cillian Murphy qu’on a pu voir dans Batman ou encore Inception. Leurs performances, ainsi que celle des autres acteurs sont tout à fait convaincantes.
La chanson du générique de fin vous restera sans doute longtemps en mémoire.

Si le genre ne vous rebute pas, n’hésitez pas à utiliser votre passe illimité !

Note : 14/20

Synopsis : Après avoir été témoin d’une agression brutale, Skunk se rend compte que la maison où elle vit, son quartier, son école, lui sont devenus étrangers, presque hostiles. Les certitudes rassurantes de l’enfance ont laissé place à l’inconnu et à la peur. Et, alors qu’elle se tourne vers un avenir devenu soudain plus sombre, son innocence n’est plus qu’un souvenir. En cherchant le réconfort dans l’amitié muette de Rick, un garçon doux mais abîmé par la vie, Skunk va se trouver confrontée à un choix. Poursuivre un chemin dans lequel elle ne se reconnaît plus, ou quitter les ruines de son ancienne vie…

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

5 réflexions sur “BROKEN ou la perte de l’innocence

  • L’affiche à chaque fois que je la vois dans le métro elle m’attire l’oeil et ça me donne envie d’aller le voir je sais pas pourquoi !

  • Bon, ta critique n’est pas vraiment élogieuse, mais j’essaierai tout de même d’aller le voir quand j’aurai un peu de temps !

  • Oui, je tempère un peu par rapport aux superlatifs qui ont été mis sur l’affiche, mais BROKEN reste un très joli film à voir !

  • quoi ?? Y a Cillian Murphy ????
    *fonce au cinéma le plus proche*
    (non je déc’ j’ai plus de sous…j’attendrai le dvd…)

Commentaires fermés.