Complots et plantes médicinales : Les Carnets de l’Apothicaire

Les Carnets de l’Apothicaire est un light novel de Natsu Hyûga et illustré par Touco Shino. En France Ki-oon édite une des versions manga publiée dans le Big Gangan de Square Enix. Elle est scénarisée par Itsuki Nanao et dessinée par NEKO Kurage. Il existe déjà sept tomes au Japon et la série est toujours en cours, la série s’est vendue déjà à 5 millions d’exemplaires ce qui est un beau score.

L’histoire en quelques phrases

À 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial. Entouré de hauts murs, il est coupé du monde extérieur. Afin de survivre dans cette prison de luxe grouillant de complots et de basses manœuvres, la jeune fille tente de cacher ses connaissances pour se fondre dans la masse.
Mais, quand les morts suspectes de princes nouveau-nés mettent la cour en émoi, sa passion pour les poisons prend le dessus. Elle observe, enquête… et trouve la solution. En voulant bien faire, la voilà repérée… Jinshi, haut fonctionnaire aussi beau que calculateur, devine son talent et la promeut goûteuse personnelle d’une des favorites de l’empereur. Au beau milieu de ce nid de serpents, le moindre faux pas peut lui être fatal !

Pour lire un extrait cliquez sur l’image
Mao Mao

Dans ce monde de femmes régi par les hommes, Mao Mao aura besoin de toute son intelligence et de tout son savoir pour démêler les intrigues de la cour. Ah ! les intrigues, les complots, c’est mon dada. Alors, bien évidement Les Carnets de l’Apothicaire ne fait pas exception à la règle. La couverture et le résumé ne m’attirait pas spécialement, mais une fois plongé dans cet univers de conspiration constante notre jeune amie se retrouve mise à l’épreuve. Pourtant au début, elle semble accepter son sort, elle n’a pas réussi à éviter de se retrouver vendu au palais. Cependant après quelques péripéties elle va pouvoir faire ce qu’elle aime. Résistante aux poisons à force d’en avoir testé, elle est devenue une goûteuse parfaite. Ses connaissances d’apothicaire lui seront très utiles.

Le récit est très plaisant à lire, chaque personnage est vite introduit et on rendre dans le vif du sujet. Les intrigues de courts sont légions et Mao Mao comme Jinshi risque leur vie à chaque moment. Ce dernier est encore bien mystérieux, à priori ce n’est pas un eunuque, il est carrément beau gosse et semble jouir de la protection de l’empereur. En tous les cas il intrigue beaucoup notre héroïne qui se méfie de lui.

Trait pour trait

J’aime beaucoup les dessins, très lisses, mais aussi très réussi. NEKO Kurage est pourtant peu connue encore alors qu’elle à un style délicat très, très doux et pourtant mature. J’aime beaucoup ses personnages qui sont très expressifs. Bref, Les Carnets de l’Apothicaire c’est une bonne surprise. Un manga dont je n’attendais pas grand-chose et qui est pile ce que j’aime. Des enquêtes soupoudré d’intrigues de cour et de complots. Pourtant le titre ne manque pas d’humour. Mao Mao semble totalement en décalage avec son entourage, une sorte de geek des plantes médicinales. De son côté Shinji semble s’intéresser à elle de bien des façons. Elle n’est pas forcément très jolie (selon elle) et se sent totalement détachée des intrigues qui pourraient bien se passer à la cour. Pourtant est-ce si vrai que ça ?

Il existe des dōjinshi (manga ou nouvelle) de ce titre car le light novel est très populaire. J’espère qu’un jour nous aurons une adaptation anime de ce manga.

Les Carnets de l’Apothicaire débute chez Ki-oon et je conseille vivement sa lecture. Un titre détente parfait pour passer un bon moment.

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.