Le déroutant Little zombies

Little zombies est un film de Makoto Nagahisa un cinéaste japonais de 37 ans n’avait jusqu’alors fait qu’un court-métrage, And So We Put Goldfish in the Pool, en 2017. Ce dernier avait reçu le prix spécial du Jury au festival de Sundance (Une référence !).
Je remercie Eurozoom qui m’a permis de voir le film en séance presse avant le 2e confinement. Malheureusement, les salles de cinémas qui devaient rouvrir le 16 décembre n’ont pas pu le faire, pis, nous sommes en janvier et nous ne savons toujours pas quand ils le pourront. Je pouvais le garder indéfiniment dans les cartons, mais j’avais je trouve ça injuste de ne pas en parler.

Petit résumé, si tant soit peu qu’on puisse résumer ce film tant il est déroutant… Leurs parents sont morts. Ils devraient être tristes, pourtant ils ne pleurent pas. A la place, Hikari, Ikuko, Ishi and Takemura montent un groupe de rock explosif ! Ces quatre adolescents que le chagrin n’accable pas, vont trouver ensemble une nouvelle voie, celle de la musique.

Les quatre acteurs principaux Keita Ninomiya, Satoshi Mizuno, Mondo Okumura et Sena Nakajima sont blufant dans ce long-métrage, ils font beaucoup à l’immersion. En lisant le dossier de presse tout en attendant la séance, je me suis dis chouette un film musical, j’adore ça. Finalement j’ai été entrainé dans un film complètement psychédélique dingue d’un Magical Mystery tour. Très graphique avec une photographie et un cadrage rappelant les jeux vidéos. C’est déroutant au possible, mais on ne peut que savourer cet OVNI cinématographique.

Parce que oui l’histoire est folle, la musique tout autant et les cadrages dépaysants. Quand il a créé les storyboard il a déterminé l’angle des caméras, la mise en scène était donc parfaitement calculé. Ce qu’avait le réalisateur dans la tête c’est bel et bien ce que vous pouvez voir à l’écran. L’ambiance général est déroutante, on ne s’attend pas à être immerger de la sorte, mais c’est ce qu’on attend d’un film primé au festival de Sundance.

Lorsque le groupe Little Zombie fait sa performance, elle a été filmé avec un iphone et servira de clip promotionnel au film. Après une répétition, la scène a été tournée en une seule prise. C’est astucieux et ça offre un élément très authentique.

Que dire des adultes de ce film et bien qu’ils sont pour beaucoup déserteurs ou profiteurs, être adulte ça donne pas envie… Les jeunes acrteurs quant à eux, sont franchement extra, ils jouent bien et sont parfaits dans leurs personnages.

Little zombie n’est pas un blockbuster ou un film dans lequel on entre facilement. Cependant, il offre un regard sur la société japonaise très critique, tout en ayant recours à une mise en scène farfelue. Espérons qu’il aura la possibilité de faire ses preuves en salles quand ces dernières pourront rouvrir. 

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.