Lecturemanga - manhwa - manhua

The summer Hikaru died : le mélange des genres

The summer Hikaru died est le premier manga de Mokumokuren prépublié dans le Young Ace website (seinen). Les chapitres sont distribués gratuitement en ligne avant de passer payant.
Ses dessins ont été repérés sur twitter suite à ça le titre trouve vite son public ainsi que les critiques des médias japonais. En 2022, il se classe 11e du Next Manga Award. Il est également  le manga le plus populaire pour les lecteurs en chinois (mandarin). Le manga remporte la 1re place en 2023 au Kono Manga ga Sugoi ! dans la catégorie manga pour garçon. Au 16e Manga Taishō il se classe 11e des recommandations des libraires Japonais. Pour finir il est classé 7e au Tsutaya Comic Awards. Le premier tome a été réimprimé six fois en trois mois se qui montre l’engouement pour ce dernier. En juin 2023 il dépassé le million d’exemplaires vendus au Japon.
Très discret sur son identité Mokumokuren dédicace derrière un rideau noir d’où on ne voit sortir que sa main… Rappelons que dans la mythologie japonaise, les mokumokuren sont des esprits yōkai. On est dans le ton !

C’est quoi l’histoire ?

Hikaru et Yoshiki sont deux amis d’enfance qui ont grandi ensemble dans un hameau reculé. Mais un jour, les doutes qu’éprouvait Yoshiki depuis quelque temps se confirment : depuis sa disparition en forêt, six mois plus tôt, Hikaru a été remplacé par… “autre chose”. Malgré cet effroyable constat, Yoshiki refuse d’être séparé de son ami. Il fait alors le choix de poursuivre son quotidien aux côtés de cet “être” à l’image parfaite de Hikaru. Mais au même moment, d’étranges incidents se produisent çà et là dans le village…

planche de The summer Hikaru died
Pour lire un extrait cliquez sur l’image © Mokumokuren 2022 / KADOKAWA CORPORATION
Un souvenir de toi

Hikaru et Yoshiki sont deux amis d’enfance vivant à la campagne. Comme ce sont les deux seuls enfants du patelin, ils passent tout leur temps ensemble. Mais un jour Hikaru disparaît en forêt et quand il revient un mois plus tard ce n’est plus le même. Il est devenu autre chose. Une chose inquiétante mais plus vraiment humaine. Pourtant, il a toujours ses souvenirs et son visage. La chose qui a pris place dans le corps de son ami ne lui veut pas de mal, bien au contraire. Ce dernier est heureux d’être vivant. Mais il y a beaucoup de choses qu’il ne comprend pas. Yoshiki est pris entre deux feux. D’un côté les sentiments qu’il porte à son camarade et d’un autre la méfiance face à cet être qui n’est pas Hikaru.

Une femme lui dira de faire attention car il pourrait se « mélanger » avec cette créature. Sans trop comprendre encore ce que ça implique, Yoshiki ne sait plus quel comportement avoir devant son ami. Doit-il lui faire confiance ou bien le fuir à tout prix ?

Le mélange des genres

Pour son premier titre, Mokumokuren, fait montre d’une belle maîtrise de la narration, mais aussi d’une mise en page qui fait froid dans le dos. Prépublié dans le Young Ace Up ce seinen angoissant met clairement en avant les sentiments des deux garçons l’un pour l’autre. J’aime particulièrement la représentation de cet être qui est en Hikaru. Un mélange de forme bizarre, jamais gore mais tout aussi terrifiante. Le fait que ce soit deux garçons est aussi un plus indéniable. Yoshiki s’était fait une raison sur son attirance à sens unique, mais ce nouvel Hikaru n’a pas d’apriori.
J’ai découvert ce titre un peu par hasard sur twitter. En lisant le 1er chapitre (en japonais) et même si je ne comprenais pas tout, il m’a tout de suite plu. Ses dessins m’ont fasciné. J’ai continué à lire chapitre par chapitre jusqu’à aujourd’hui. Amateur de manga d’horreur, ne passez pas à côté de cette perle. Récompensé, mis en avant dans la presse et dans de nombreux classements, The summer Hikaru died est une perle aussi terrifiante qu’indispensable.

The summer Hikaru died est une pépite, ce genre de manga qui vous fait aimer l’horreur (alors que je suis peu cliente). Ce titre mérite votre attention, son scénario et ses dessins en font un des meilleurs titres sortis cette année en France.

Public : Tout public – dès 14 ans

Service presse

pika

Tanja

Tombée très tôt amoureuse du Japon, Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime depuis 1997 dans des fanzines puis sur plusieurs webzine et sur son blog. Dès que l'occasion se présente elle part au Japon se ressourcer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.