Cinéma

Miss Hokusai : esquisse d’une époque

 

hokusai

L’année dernière, Paris accueillait une grande exposition sur les œuvres d’Hokusai. Il était donc opportun de voir le dessin animé ayant pour héroïne l’une de ses filles et artistes O-Ei. Je ne pensais pas réussir à le voir car la sortie ne tombait pas à un moment où je pouvais aller le voir, mais heureusement mon ciné a eu la bonne idée de le diffuser !

Miss_HokusaiSynopsis : En 1814, Hokusai est un peintre reconnu de tout le Japon. Il réside avec sa fille O-Ei dans la ville d’Edo (l’actuelle Tokyo), enfermés la plupart du temps dans leur étrange atelier aux allures de taudis. Le “fou du dessin”, comme il se plaisait lui-même à se nommer et sa fille réalisent à quatre mains des oeuvres aujourd’hui célèbres dans le monde entier. O-Ei, jeune femme indépendante et éprise de liberté, contribue dans l’ombre de son père à cette incroyable saga artistique.

Avis : Miss Hokusai n’est pas véritablement un biopic, mais un film sur une époque celle pendant laquelle elle à vécu à savoir celle d’Edo. L’histoire n’est pas linéaire, elle se fait par petite touche, faisant découvrir aux spectateurs des morceaux de vie. Suivre la jeune fille est plus un prétexte qu’autre chose pour y découvrir la vie à cette époque.

O-Ei est une femme forte, une artiste, l’assistante de son père le grand Hokusai et comme c’est souvent le cas son oeuvre n’est pas reconnue, elle peint par en son nom mais avec son père. Cependant elle ne s’en laisse pas compter. A travers elle on découvre l’oeuvre de son père, les coutumes à l’époque d’Edo, ou des petits riens qui font le Japon même au XIXe.

On découvre aussi les légendes, les superstitions, mais aussi la manière de travailler de ces artistes et les fameux tableaux d’Hokusai. La très joli balade en bateau se terminer par la fameuse Grande vague de Kanagawa. Son intégration dans le récit est vraiment bien trouvé.

La bande son est parfois anachronique comme si la seule manière de se représenter ce fameux pond était avec un riff de guitare électrique. J’ai trouvé ça culotté et bien trouvé.

Je ne peux que vous recommander d’aller voir Miss Hokusai, surtout si vous êtes avide d’en savoir plus sur une époque qui nous est totalement inconnue, c’est encore mieux qu’un cours d’histoire ou de sociologie. La réalisation est au petit oignon, décors et dessins offrant une vision haute en couleur d’Edo. 

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

5 réflexions sur “Miss Hokusai : esquisse d’une époque

  • quelle chance d’avoir un cinéma qui ait passé ce film. j’aurais bien aimé le voir aussi, restera peut-être le DVD

    Répondre
  • Je n’ai pas été déçue par miss hokusai mais je n’en suis pas ressortie pleinement satisfaite. Je trouvais qu’il manquait quelque chose. Au final, on parle peu de l’héroïne mais comme je l’ai lu quelque part « de son père à travers elle ». Il n’y a effectivement pas de fil rouge et c’est sans doute ça qui m’a gêné dans le sens où on aborde plusieurs choses, on nous montre plusieurs choses, sans aller plus loin. Résultat, c’est certes sympa mais ça donne l’impression de faire des digressions afin de faire du remplissage.

    Répondre
    • Justement je crois que j’ai aimé ne pas avoir de fil rouge et de découvrir Edo.
      J’imagine qu’on ne sait pas grand chose d’elle tout ce qui peux être dit n’est que supposition (même dans le ce film).

      Répondre
  • Comme d’habitude c’est pas dans mon ciné snif 🙁 j’attendrais de le voir chez moi

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.