L’étranger de la plage : un film plein d’amour

L’étranger de la plage est manga de Kii Kanna que j’adore, j’en ai déjà parlé sur le blog (lire ici). Il avait été un de mes premiers gros coup de cœur boy’s love. Il a été adapté en moyen-métrage grâce au label Blue Lynx de la Fuji TV. Sorti en 2020, il est disponible en VOSTFR sur la plateforme Wakanim depuis le 9 juillet 2021.

C’est quoi l’histoire ?

Qui est ce garçon qui reste longtemps assis sans bouger sur un banc face à la mer ? Shun, un écrivain en devenir, ne peut pas s’empêcher de lui adresser la parole. Suite à cela, Mio commence lui aussi à s’intéresser à Shun, mais il est malheureusement sur le point de déménager. Avant de partir, il exprime son impatience à devenir adulte.
Trois ans plus tard, un Mio ayant bien grandi réapparaît devant Shun, un sourire timide aux lèvres. Le temps qui leur avait paru s’arrêter reprend son cours lorsque leurs sentiments se retrouvent partagés.

Une équipe féminine de talent

C’est le Studio Hibari qui s’est occupé du film avec à la réalisation, au scoreboard et au scenario Ohashi Akiyo pour qui c’est le premier gros projet. Elle réalisera aussi l’OAV de Given qu’on découvrira en décembre 2021. De son côté Kii Kanna, créatrice originale du manga, reprend son rôle de chara designer pour le film tout en supervisant l’animation.
L’équipe est essentiellement féminine, comme c’est le cas sur la plupart des projets du label Blue lynx. Une belle occasion de rendre hommage à ces femmes de talents de l’animation japonaise.

Le travail qu’elles ont fait sur ce film est remarquable. Que ce soit sur la photographie, l’ambiance des décors, les couleurs et bien entendu l’animation. C’est doux, délicat et ça rend parfaitement honneur au manga. Le déroulement et l’agencement de certaines scènes ont été modifié pour une meilleure fluidité. Les changements sont mineurs et vous ne devriez même pas vraiment les sentir. Il y a notamment un personne qui apparaît ici alors qu’on ne fera sa connaissance dans le manga que L’étranger du Zéphyr. Malgré tout son intervention est totalement approprié dans l’histoire.

Des chats et des fleurs exotiques

Les chats vont prendre leur aise. Ils sont toujours dans le décors de ses mangas, mais dans le film ils sont souvent en gros plan, en mouvement ou en train de dormir de faon trop mignonne. Bref, la fan de chats que je suis est aux anges.

On retrouve ce qui fait le charme du manga dans ce moyen-métrage. La délicatesse et la douceur des personnages, mais aussi la mélancolie sous-jacente qu’on décèle chez Mio et Shun. Les deux ayant un peur commune, celle d’être abandonné et d’être seul. Leur rencontre est ce qui leur arrive de mieux et ce même si ils sont parfois incapable de bien exprimer tout l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre.

Pour terminer la bande-son de Mina Kubota est discrète mais très joli, on la connait notamment pour les films Lettre à Momo ou Loin de moi, près de toi disponible sur Netflix, ou bien Macross Δ. Le générique de fin, Zokkon, est interprété par MONO NO OWARE. Elle a tourné en boucle sur ma playlist l’année dernière. Je lui trouve un charme désuet intéressant.

L’étranger de la plage est un très joli film, j’aurais aimé le voir sur grand écran, mais déjà le voir disponible de façon totalement légal en France sur une plateforme d’anime, je suis déjà très heureuse. Je ne peux que le conseiller à tous, il est frais, très doux et on y retrouve tous ce qui fait le charme du manga. Shun et Mio sont deux personnages a qui on s’attache et qui nous donnent beaucoup de joie.

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.