Cinéma

Lady bird l’envol difficile vers l’âge adulte

J’ai voulu aller voir Lady bird parce que le film était nommé aux Oscars, et même s’il n’a rien reçu je ne suis pas déçue d’être aller voir.

Lady bird de Greta Gerwig

Synopsis : Christine « Lady Bird » McPherson se bat désespérément pour ne pas ressembler à sa mère, aimante mais butée et au fort caractère, qui travaille sans relâche en tant qu’infirmière pour garder sa famille à flot après que le père de Lady Bird a perdu son emploi. 

Avis : Lady Bird se déroule à Sacramento, la ville natale de Greta Gerwig c’est son premier film seule aux commandes. La relation mère-fille est au centre du récit. Elles s’aiment, mais ne savent pas l’exprimer. Elles sont du coup en perpétuel conflits. Tourne autour d’elles les soucis d’une recherche d’université, des problèmes d’amour, des soucis économique post 11 septembre. Toutes ces choses quo font la vie de Lady Bird.

L’héroïne est une ado qui devient adulte, elle teste, elle se cherche, cherche l’amour, se casse les dents, heureusement ses proches sont toujours là. Son père semble avoir plus facilité à communiquer avec elle et sait trouver la façon de rabibocher ses deux femmes. Sa relation avec sa meilleure amie est aussi mise à mal. Et nous ne parlerons pas de ses choix malheureux en matière de garçons. Mais soyons honnêtes on passe souvent par là.

Si la religion a une grande place dans la vie de Lady Bird, pour autant le discours du film est loin de nous oppresser. Il n’y a pas de message dogmatique ou la prière serait la solution à tous les maux.

Lady bird est un film sincère où la réalisatrice y a mis tout son amour pour sa ville et de son adolescence.

Au final c’est un film délicat et authentique qui nous parle à tous. Ce passage est difficile dans la vie de chacun on doit couper le cordon qui nous lis à notre enfance, et parfois on se fait mal sans le vouloir. C’est à cette époque qu’on apprend beaucoup sur soit et sur les autres.

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.