Les animes de l’automne 2018

Ne regardant plus d’anime depuis quelques années, je n’avais aucune attente précise avant les grandes vacances. Cette fois c’est différent. Accrochez-vous !

CRUNCHYROLL

Première attente Moi, quand je me réincarne en slime. Au commencement, il y a un light novel, puis un manga qui est édité en France chez kurokawa dont le 5e tome vient tout juste de sortir. Et il y a désormais un anime disponible sur Crunchyroll en simulcast. Le succès du light novel de FUSE et de l’adaptation en manga de Taiki Kawakami place cet anime parmi les attentes les plus fortes. Mais qui est le héros de cette aventure atypique ? Satoru, employé de bureau lambda, se fait assassiner par un criminel en pleine rue. Son histoire aurait dû s’arrêter là, mais il se retrouve soudain réincarné dans un autre monde sous la forme d’un Slime, le monstre le plus faible du bestiaire fantastique. Il va très vite acquérir des compétences et se faire une place dans cet univers de fantasy. Produit par du studio 8-bit (Le Fruit de la Grisaia, How to keep a mummy, Rewrite), l’animation semble très correct et le design original de Mitz Vah bien respecté. Si comme moi vous avez déjà succombé au manga vous allez sans aucun doute succombé aussi à sa version animé, en tous les cas les premières épisodes disponible sembler aller dans ce sens. Les aventures de Limule Tempest sont à suivre de près.

Double Decker! Doug & Kirill est une série policière futuriste dont le design des personnages a été confié à une pointure du manga à savoir Masakasu Katsura le papa de Video girl Ai et de Zetman. Le héros Doug est tout sauf le héros à qui on pourrait s’attendre, c’est drôle et très dynamique.

Adapté d’un best seller japonais, Run with the wind, est un anime sur la course à pied doté d’une palette de personnages attachantes et au début peu enclin à faire un marathon de 217 km entre Tokyo et Hakone. La réalisation de Production I.G est un gage de qualité. J’ai été tout de suite happé par l’histoire et les personnages. Même si je n’aime pas la course, l’anime m’a tout de suite donnée envie de voir la suite !

Comment ne pas être fière de voir Radiant de Tony Valente adapté en anime, diffusé en simulcast sur ADN, crunchyroll, mais aussi sur J-ONE. Que succès pour le manga français qui a tout compris du shonen. Un événement que je ne vais pas rater. Le manga est géniale, la série devrait l’être tout autant !

MAPPA (Yuri on Ice !, Banana fish) nous sort un anime assez WTF : ZOMBIE LAND SAGA. Sept jeunes filles avaient une vie tranquille et ordinaire jusqu’à ce que leur monde se retrouve infesté de zombies. Dans cet environnement terrifiant dans lequel elles n’ont jamais souhaité se retrouver, elles partagent toutes le même souhait : continuer à vivre ! Le premier épisode est bien réalisé, mais l’histoire totalement barrée. J’attends de voir la suite pour me faire une idée plus précise.

SKULL-FACE BOOKSELLER HONDA-SAN c’est l’histoire d’un squelette travaille comme vendeur dans une librairie, mais il est en guerre… contre sa profession ! Les livres en rupture de stock, ou encore les fans de manga et leurs questions incessantes sont son plus grand cauchemar. Dans tous les cas, vous serez surpris par les journées de M. Honda !
Franchement, ça paraît bien barré, mais j’ai bien aimé le 1er épisode. Donc wait & see parce que je pense que ça peut le faire. L’histoire est adaptée d’un web-manga, d’abord publié sur pixiv, puis en livre par Media Factory.

Voilà bien un anime avec une histoire qui interpelle : Jingai-san no Yome. Tomari Hinowa, un élève tout à fait normal, est convoqué un jour par son professeur principal. Ce dernier lui annonce qu’il a été sélectionné pour devenir « l’épouse » d’une mystérieuse créature appelée Kanenogi. Malgré le côté surréaliste de cette situation, le nouveau couple enregistre leur mariage et commence une nouvelle vie qui, contre toute attente, se révèle heureuse ! Ainsi commence la vie conjugale douce et sucrée d’une grosse peluche et d’un lycéen ordinaire.
L’histoire est adaptée d’un manga de type « 4 cases » de Yu Aikawa (Les 7 princes et le labyrinthe millénaire) et Akiwo Yatsusaka publié au Japon par Ichijinsha. C’est un format court à peine 5 min et pour le moment ça me paraît très étrange. J’attends d’en voir un peu plus. Mais c’est indéniablement intrigant.

Je termine avec RErideD – Derrida, who leaps through time. En 2050, un jeune ingénieur nommé Derrida Yvain est félicité pour son invention, le robot autonome DZ, une avancée majeure dans la robotique et fleuron de l’entreprise de son père. Cependant, avec son collègue Nathan, il découvre une faille et demande à la firme de reporter la production en série. Mais ses recommandations sont ignorées et dès le lendemain, le laboratoire est attaqué par des forces inconnues. Derrida doit son salut à sa cryogénisation pendant une dizaine d’années. Lorsqu’il se réveille, le monde a été dévasté par son invention. Il cherche alors à retrouver la fille de Nathan et à la protéger, dernière promesse qu’il a faite à son ami…
Cette création originale est réalisée par Takuya Satô (NieA_7, STEINS;GATE, selector infected / spread WIXOSS). La création graphique des personnages a été confiée à l’illustrateur Yoshitoshi ABe (Serial Experiments Lain, NiA_7, Ailes Grises).
Les cinq premiers épisodes sont vraiment bien, mais pas non plus une révélation. J’attends de voir ce que va nous donner la suite.

Dernier arrivé Tsurune un anime dont j’avais vu quelques images dans les magazines et qui m’a de suite tapé dans l’œil. C’est donc avec soulagement que je le vois arriver sur Crunchy !
Lorsqu’il était au collège, Minato Narumiya faisait du tir à l’arc (kyûdô, en japonais), mais un incident l’a poussé à arrêter définitivement cette activité. Arrivé au lycée, ses amis d’enfance tentent de le convaincre de rejoindre leur club, mais c’est une rencontre avec un mystérieux archer qui le décidera à revenir. Il intègre alors le club du lycée qui ambitionne de remporter le tournoi préfectoral…
L’histoire est adaptée d’un light novel lauréat du prix du jury lors d’un concours d’écriture organisé par Kyoto Animation. On doit à ce dernier des animes comme Free! Sound! Euphonium, Violet Evergarden ou Silent Voice !

WAKANIM

Pour le moment il n’y a que DAIKAICHI My number 1 qui me tente sur la plateforme. C’est un boys love dont le manga est édité en France par Taifu.
Saijou Takato est acteur depuis sa plus tendre enfance et il détient depuis 5 ans le titre de « l’homme le plus désiré » dans les magazines. Cependant, son règne prend fin brutalement avec l’arrivée d’Azumaya Junta, un jeune acteur ayant débuté sa carrière 3 ans plus tôt. Supportant assez mal de se retrouver relégué au second rang par un jeune prodige, Takato ne voit en Junta qu’un rival à éliminer. Mais lorsque ce dernier l’invite devant ses collègues à boire un verre pour obtenir des conseils sur son jeu d’acteur, Takato ne peut pas refuser. Suite à cette soirée trop alcoolisée, Takato se réveille nu dans le lit de Junta…

AMAZON PRIME VIDEO

Et je ne peux pas finir cette petite review sans vous dire que la saison 2 de Banana fish continue cet automne. Suite et fin de ce shojo remis au goût du jour à l’histoire dramatique et au fandom attachant. (voir mon article de cet été)

NETFLIX

 

Les séries de Netflix arrive souvent avec du retard. C’est le cas de Lost song et Piano forest (Piano no mori) qui ont été diffusé au printemps au Japon.

Et on termine avec la saison 2 de Seven Deadly Sins qui arrive enfin sur Netflix. Mais limite il faudrait que je revois la saison 1 parce que ça fait vraiment un moment que je l’ai regardé…

Bon visionnage !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.