Réédition de choc : Sidooh

Sidooh est un manga de TAKAHASHI Tsutomu publié entre 2005 et 2011 dans le Young Jump. Ce seinen historique de 25 tomes a commencé sa publication en français chez Panini manga. Mais elle s’est arrêtée au 14e. En 2021, Panini manga reprend la publication non en éditant une toute nouvelle version. Cette fois nous pouvons espérer voir la fin de cette aventure incroyable.

De quoi ça parle ?

1858, la nation traverse une période socialement et politiquement instable avec l’arrivée des occidentaux qui l’obligent à s’ouvrir au monde extérieur. Et comme si cela ne suffisait pas, elle subit une épidémie de cholera qui fait des milliers de victimes, un fléau qu’on propagé les étrangers. Touchée par ce mal terrible, la mère de Shotaro et Gentaro Yukimura, deux frères de 14 et 13 ans, leur fait promettre de résister quoi qu’il arrive, car se sont toujours les plus fort qui s’en sortent. A la mort de celle-ci, les deux garçons se retrouvent seuls au milieu du chaos et doivent se battre pour survivre…

SIDOOH © 2005 by Tsutomu Takahashi / SHUEISHA Inc.
Un trait unique

J’ai un soucis pour retenir les noms, c’est compliqué dans la vie de tous les jours car j’ai tendance à vite oublier le nom des gens et de dois littéralement « apprendre » le nom des artistes (acteurs, mangaka, réalisateurs, chanteur etc.), sauf qu’il y en a beaucoup trop. Ainsi, quand j’ai commencé à lire Sidooh, le nom de l’auteur ne m’avait rien dit du tout. En revanche, dès les premières pages, j’ai tilté sur le style. Après avoir cherché son nom sur internet j’ai enfin compris qu’il s’agissait du même auteur que NeuN, une série de chez Pika éditions que j’adore. Je l’ai découvert avec ce titre et je n’avais encore pas été voir le reste de ses publications.

Un trait unique donc, mais aussi une histoire sordide. Rien que dans le premier tome nos héros vont subir l’innommable alors que ce sont de jeunes ado. Abandonné de tous, témoins d’un viol et d’un meurtre, ils pensent que la chance leur sourit enfin, alors qu’ils sont simplement vendus à des personnes totalement immorale. Je vous préviens tout de suite, ce n’est pas un manga pour enfant, et l’auteur sait nous mettre mal à l’aise.

Malaise ambient

Son trait particulier et reconnaissable entre mille accroît cette noirceur ambiante. On se sent mal et en même temps l’histoire est tellement passionnante qu’on veut absolument connaître la suite. J’ai eu la même impression avec NeuN. C’est dérangeant, cependant on plonge dans son univers glauque malgré tout. Pis, on en redemande. A la fin du tome 2, on a qu’une envie, c’est de se jeter sur le tome suivant pour savoir de quelle façon Shotaro va s’en sortir. Je retrouve un peu l’ambiance de l’habitant de l’infini. Un univers sombre, mais sans la partie fantastique. Nos deux petits héros se retrouvent bien malgré eux dans des situations où ils vont devoir se dépasser pour survivre.

Un grand merci à Panini manga d’avoir ressorti de son placard Sidooh. J’aurais presque honte de ne pas l’avoir connu avant… Mais, je n’étais de toute façon pas prête à ce genre de récit. Certes il n’est pas à mettre entre toutes les mains, mais si vous avez le cœur solide vous devriez aimer cette aventure hors norme..

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.