AnimeTV

Anime été 2021 – Coquin, mignon et cruel à la fois : The Duke of Death and His Maid

©Inoue/Shogakukan, The Duke of Death and His Maid Project

The Duke of Death and His Maid est à l’origine un manga d’Inoue Koharu prépublié sur Sunday Web Every, il compte pas moins de 13 tomes et il est toujours en cours de publication. Le manga est inédit en France. L’anime est donc son adaptation en 12 épisodes par le studio J.C.Staff. Il est disponible sur Wakanim.

Une drôle d’histoire

Vouloir se toucher sans le pouvoir… Découvrez l’histoire d’amour la plus cruelle au monde. Un jeune duc (Bocchan) a été maudit dans son enfance par une sorcière. Depuis, tous les êtres vivants qu’il touche périssent. Rejeté par sa famille, il mène aujourd’hui des jours solitaires dans un grand manoir au milieu de la forêt. Une servante du nom d’Alice travaille à son service. Seulement, elle est aussi sa plus grande source de tracas, car elle prend un malin plaisir à le harceler sexuellement au quotidien. Elle ne cesse de le tenter en s’approchant tout près de lui, alors qu’il ne peut même pas lui prendre la main, malgré ses sentiments pour elle. Leur amour pourra-t-il se concrétiser un jour ?

©Inoue/Shogakukan, The Duke of Death and His Maid Project
Souffrance intérieur 

Quand j’ai lu le résumé la première fois j’étais un peu dubitative, mais j’ai quand même tenté le premier épisode, et j’ai été agréablement surprise. Je pensais être devant une histoire ecchi et malsaine. Au contraire c’est assez mignon, certes il y a quelques passages léger et coquin, ce n’est jamais méchant.
La relation entre les deux héros est assez clair dès le début, ils sont amoureux, mais à cause de la malédiction du duc, impossible de concrétiser cet amour réciproque. C’est à la fois mignon et terriblement douloureux. L’autre point c’est qu’on ne sait pas pourquoi il subit cette malédiction. Depuis qu’il est enfant plus personne ne le touche, ni ne le côtois par peur de mourir.

Je me suis vite attachée à Bocchan et sa servante. Leur complicité tendre et coquine est rafraichissante. La publication étant toujours en cours, nous ne saurons probablement pas comment lever la malédiction, et ce sera sans doute ma seule frustration.

Une fine équipe

L’anime est réalisé par Yoshiki Yamakawa (High Score Girl). Si le design vous est familier c’est que le chara designer n’est autre que Mitsuru Kuwabata qui c’était occupé de l’adaptation de High Score Girl. Et oui, J.C.Staff a profité d’une certaine ressemblance dans le design. Ce n’est pas dérangeant, tant que vous n’êtes pas allergique à la 3D. Je trouve que ça donne un certain charme à la série, mais je comprends qu’on n’aime pas.

La scène où ils dansent au clair de lune est magnifique, on a le cœur serré de les voir danser sans se toucher.

Chaque épisode offre son petit moment de douceur, la complicité qui s’est tissée entre Bocchan et Alice est adorable. Sans être l’anime de la saison, j’ai passé chaque semaine un moment agréable devant chaque épisode. Une romance impossible, osée, mais doucement cruelle.

©Inoue/Shogakukan, The Duke of Death and His Maid Project

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.