Cinéma

La Femme au tableau : La revanche

459106.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je dois tout d’abord remercier Luciole qui a pensé à moi pour aller voir La Femme au tableau lors d’une avant-première pour les journalistes et les blogs mise en place par SND films (M6). C’était cool parce que la salle cinéma dans les locaux de M6 était climatisée et par cette canicule c’était une bonne chose. Prévenue deux jours avant, j’y suis allée sans avoir vu ni bande annonce, ni résumé, j’ai juste vu l’affiche dans les films à venir… C’est donc l’esprit totalement ouvert que j’ai visionné ce film.

160427.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLa Femme au tableau

Synopsis : Lorsqu’il fait la connaissance de Maria Altmann, un jeune avocat de Los Angeles est loin de se douter de ce qui l’attend… Cette septuagénaire excentrique lui confie une mission des plus sidérantes : l’aider à récupérer l’un des plus célèbres tableaux de Gustav Klimt, exposé dans le plus grand musée d’Autriche, dont elle assure que celui-ci appartenait à sa famille ! D’abord sceptique, le jeune avocat se laisse convaincre par cette attachante vieille dame tandis que celle-ci lui raconte sa jeunesse tourmentée, l’invasion nazi, la spoliation des tableaux de sa famille, jusqu’à sa fuite aux Etats-Unis. Mais l’Autriche n’entend évidemment pas rendre la « Joconde autrichienne » à sa propriétaire légitime… Faute de recours, ils décident d’intenter un procès au gouvernement autrichien pour faire valoir leur droit et prendre une revanche sur l’Histoire.

Avis :Ce n’est certes pas le film qu’on s’attend à voir pendant les vacances, pourtant il m’a beaucoup plus. Simon Curtis est le réalisateur de David Copperfield et My Week with Marilyn.

Il est question du Portrait d’Adele Bloch-Bauer I peint par Gustav Klimt en 1912, après avoir passé des années accrochés dans le salon familiale il fut volé par les nazi durant la guerre. Bien des années plus tard une des descendantes de la famille tente de le récupérer alors qu’elle es devenue citoyenne américaine.

Si le traitement est classique, l’histoire est bien menée avec des flash back sur la jeunesse de Maria Altmann. On ne se perd jamais, même si la vieille dame change parfois d’avis. J’ai suivi avec beaucoup intérêt cette histoire de procès et de ce fameux tableau surtout que je ne m’étais pas renseignée je ne connaissais donc pas la fin de l’histoire.

Le film est épaulé par un duo qui fonctionne plutôt bien et auxquels ont adhère très vite celui de Helen Mirren et Ryan Reynolds.

Côté musique pas de déception, mais pas de grand thème non plus avec à la partition : Martin Phipps et Hans Zimmer.

La femme au tableau est un film sur une histoire vraie, celle d’une vieille dame trahis par son pays. Si le fait de gagner ce procès ne lui rend pas ce que la guerre et les nazi lui ont pris, il permet sans nul doute d’apaiser sa rancune. N’hésitez donc pas à aller le voir il tient en haleine jusqu’à la fin.

219386.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
J'aime beaucoup cette affiche, bien plus que la version française

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.