ConcertsMusique

Kisaki Project feat. Jui au Trabendo

8-a

Le groupe est fraîchement arrivée la veille à Paris pour leur 1er concert en dehors du Japon. En début d’après-midi ils font leurs balances alors que déjà quelques fans attendent devant le Trabendo. Tout ce déroule dans une ambiance bonne enfant. Le public vient de la France entière, mais aussi de l’étranger (Allemagne, Pologne etc.).

A 21h les portes de la salle ouvrent et un flot de fans se précipitent vers la scène. Quelques-uns on déjà repéré le stand de CD. 350 personnes invertissent la fosse, la tension monte…
Pinksugizo, l’organisateur, chauffe la salle, en nous rappelant le parcours de Kisaki et demandant aux fans un peu timides de se rapprocher de la scène. Le public scande : Kisaki, Kisaki, Kisaki… à l’unisson.
Aussitôt après sa sortie, les lumières s’éteignent et plongent le Trabendo dans l’obscurité. les musiciens entrent en scène les uns après les autres, et se mettent face à la batterie, dos tournés au public. Le sample semble avoir un peu de mal à partir mais dès que la musique démarre le public explose littéralement. Leur visuel est assez simple avec des costumes noirs, sans chemise et un maquillage discret mais efficace.
Doukei est une bonne intro pour un concert qui s’annonce excellent. Jui harangue la foule, cette dernière répond au car de tour. Dès qu’il approche les mains se tendent. Le public est tout de suite dans le trip, et ça fait plaisir à voir. Ils enchaînent sur Midnight Promise, sûrement ma préférée de Kisaki Project. Le refrain est vraiment très jolie. Ensuite, ils jouent Aishu et le public semble toujours en phase avec le quintette. L’ambiance se fait douce avec la chanson Chinmoku no hana puis Mayaku. Jui explique que la barrière des langues empêche de bien communiquer mais qu’il espère que ce soir tout le monde se comprend tout de même.
Ils reprennent avec Michishirube une autres très jolies ballades, efficaces et plus péchues que leurs versions studio. Elle se termine et laisse place à Kioku et pour finir Glass no album. Jui l’interprète beaucoup de justesse.
Shinobu et Toshihiro restent très discret sur scène, ce qui est compréhensible, les stars ce sont Kisaki etJui. Ils ont tous un très bon jeu. Le batteur, Mikage, lui aussi, est un très bon musicien et un excellent show man. Il est charmant interpellant le public avec son éventail.
A plusieurs reprises, Pinky (pour les intimes) viendra sur scène. La seconde fois il présente la vidéo d’Under Code qui est diffusé sur un immense drap blanc. Ce DVD présente un panel attractif de tous les groupes du jeune label japonais.
Ensuite, retour de notre organisateur suivi de Kisaki. Il traduit les quelques mots du bassiste : kisaki vous aime, il a aimé le spectacle et on va faire d’autres événements ensemble très prochainement. Ils repartent sous les hurlements du public.
Les derniers encore seront au nombre de trois. Tout d’abord ils nous font replonger dans le temps avec un titre de Syndrome : Uzuku nodo. Je vous dirais tout de suite que c’est assez différent du Japon beaucoup plus calme au niveau du public, même si quelques personnes ont été bousculées et écrasées sur la scène. Disons que le public était, évidemment, dans un autre trip que leurs homologues japonaises, ce qui ne change rien à la chaleur et l’enthousiasme des fans. Kisaki se fera même attraper la jambe le déséquilibrant. Heureusement la sécurité veille !
Le groupe ressort, mais revient très vite et interprète pour la seconde fois de la soirée Doukei. Suis-je la seule à headbanguer sur cette magnifique intro faite exclusivement pour ça ? Même Jui montre l’exemple. Malgré tout le public n’est pas statique et communique sa chaleur au groupe d’une autre manière.
Troisième et dernier encore. Ils reprennent Chinmoku no hane et petite surprise… Waisetsu ningyo de Vidoll ! Le public se déchaîne. Je suis assez surprise de pouvoir me glisser au second rang vers la gauche ! Waou ! Bonne ambiance en tous les cas.
Ca y est le concert est terminé, médiators et baguettes s’envolent dans la salle. Même la serviette de kisakiest chèrement débattue entre deux jeunes filles.
En rentrant dans les coulisses, Kisaki et le reste du groupe sont au comble du bonheur, cela se lit sur leurs visages. Merci à vous tous, leur public, qui leur avez donné une image, certes différentes du public qu’ils ont l’habitude d’avoir, mais tout aussi attachante et enthousiaste.

Le concert devrait être disponible dans les prochains mois en DVD au Japon et sera disponible en France en import. Il deviendra alors un achat indispensable pour les 350 personnes présentes en ce 1er mai 2004 et aussi pour ceux qui ont loupé l’évènement.
Encore, une fois ce fut un magnifique concert qui restera certainement pour beaucoup gravé au plus profond de nos mémoires.

Set list :
1 – Doukei
2 – Midnight Promise
3 – Aishu
4 – Chinmoku no hane
5 – Mayaku ~Taiyo no genkaku
6 – Michishirube
7 – Kioku ~After confession
8 – Glass no album

Encore 1
1 – Uzuku nodo (Syndrome)

Encore 2
1 – Doukei

Encore 3
1 – Chinmoku no hane
2 – Waisetsu ningyo (Vidoll)

Tanja

Tanja écrit sur la J-music, les mangas et les anime. Tombée très tôt amoureuse du Japon, elle est rédactrice depuis 1997 dans différents fanzines, magazines (Japan Vibes, Rock one), webzines (JaME, Journal du Japon) ainsi que sur son blog (Last Eve). En 2019, elle s'inverti dans le BL Café pour parler de Boys' love aux plus grand nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.