La fuite en avant : You’ve gotta love song

You’ve gotta love song est un recueil de nouvelles de la talentueuse dessinatrice Akane Torikai. Elle a débuté sa carrière en 2004, le manga qui l’a fait connaître en France c’est En proie au silence publié aussi chez Akata. Je ne vous en ai toujours pas parlé car c’est un manga assez difficile à critiquer pour ma part et qui demande du temps et de la réflexion. Ca viendra, mais pas tout de suite. Vous pouvez dire que je me laisse aller à la facilité, mais je m’en fiche.

Une mère au foyer désabusée… Une lycéenne en fugue… Une femme  qui retrouve son amant… Un couple dont l’amour ne s’étiole pas malgré le temps qui passe… Dans ce recueil de nouvelles, Akane Torikai, figure montante du manga, démontre toute l’étendue et la variété de son talent. à travers les portraits de ses personnages désabusés par le monde, elle scrute sans détour les rapports humains, tout en nous questionnant sur l’amour, le sens de la vie et sa vacuité…

Les recueils de nouvelles je sais par expérience que beaucoup n’aime pas. C’est vrai que bien souvent comme c’est une compile de différents travaux éparpillés dans le temps. Le style et l’intérêt peuvent variés. On peut aussi être rebuté par la longueur des histoires qui sont forcément au format court. Mais, ce qui vaut pour certains, ne vaut pas pour d’autres.

Qu’à cela ne tienne quand on est talentueux ce n’est pas un problème et c’est bien le cas d’ Akane Torikai. Chacune des quatre histoires se suffisent à elle-même et sont parfaitement narrées. Ce n’est pas si facile de raconter une histoire en quelques pages. C’est même souvent un exercice complexe car on ne peut pas prendre du temps pour développer une situation ou un personnage. Il faut aller droit au but sans perdre son objectif de raconter quelque chose de fort et de marquant. Et dans son cas ce sont des choses fortes qui ont du sens. Elle brosse le portrait de femmes transpirant la mélancolie, celle que l’on ressent quand la vie vous a assommé…

C’est sans doute cela que les gens n’apprécient pas dans les nouvelles une sensation qu’on aurait pu faire plus ou qu’il manque quelque chose. Ce n’est pas ce que j’ai ressenti avec You’ve gotta love song. Ce que j’ai aussi apprécié dans ce manga c’est sa façon de raconter en quelques cases la solitude et la fuite. Fuite en avant pour sortir d’une certaine morosité, d’une vie qu’on n’apprécie pas. Mais est-ce vraiment la solution ?  Il n’y a bien entendu pas de réponse général à une multitude de cas. Parfois elle est inéluctable. Fuir, changer, évoluer… Vivre.

Les femmes de ses nouvelles sont à la fois durement ébranlée par la vie, et à la fois très fortes. Elles n’ont de cesse de chercher leur bonheur et leur place dans ce monde. Elle termine avec une nouvelle qui donne de l’espoir, qu’une seconde chance est toujours possible et qu’il peut durer.

You’ve gotta love song est un vrai moment de réflexion intense tout en étant accessible et très agréable à lire. Elle parle avec une grande virtuosité de ses femmes violenté par la vie car au de-là de l’amour il y a souvent de la souffrance. 

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.