Anime automne 2019 : BEASTARS l’anime qu’on attendait tous !

BEASTARS est l’adaptation du manga de Paru Itagaki. J’en ai parlé lors de la sortie des deux premiers tomes chez Ki-oon (lire ici). Diffusé au Japon lors de la saison d’automne 2019 dans la case horaire [+Ultra], nous pouvons enfin profiter de cet anime sur Netflix. Cette première saison de 12 épisodes est une petite perle, enfin l’anime qu’on attendait de Netflix en 2019 après de gros ratages  !

L’histoire se déroule dans un monde d’animaux anthropomorphes civilisés avec une fracture culturelle entre les carnivores et les herbivores. La série tire son nom du rang dans l’univers de la série « Beastar », un individu au grand talent, au service et à la notoriété. Legoshi, un grand loup gris, est un étudiant timide et calme de l’institut Cherryton où il vit dans un dortoir avec plusieurs autres étudiants carnivores, dont son ami extraverti Jack, un labrador. En tant que membre du club de théâtre de l’école, Legosi en est le machiniste et soutient les acteurs du club dirigé par l’élève vedette Louis, un cerf rouge. Mais soudainement, Tem l’alpaga est brutalement assassiné et dévoré dans la nuit, provoquant une vague de malaise et de méfiance entre les élèves herbivores et carnivores. Au même moment, Legosi fait la rencontre fatidique de Haru, une petite lapine naine blanche, et commence à développer des sentiments complexes pour cette dernière.

Shinichi Matsumi est pour la première fois au post de de réalisateur et il s’en sort à merveille avec le studio Orange (L’Ère des Cristaux, Dimension W). C’est à Nanami Higuchi (Kimi dake ni Motetainda) que l’on doit le scénario. Elle a su garder l’essentiel du manga, sans de dénaturer. Le chara design est signé Nao Ōtsu et rend totalement honneur aux graphismes de Paru Itagaki. Ce n’est pas toujours évident de rendre à l’écran le style atypique de cette autrice.
Les animations en 3D ont été réalisé sous la direction d’Eiji Inomoto. Franchement, j’avais très peur du rendu et le résultait est bien au delà de ce que j’espérais. A part les drapeaux sur les bâtiments que j’ai trouvé assez laid, le reste est très bien fait. On garde le rendu 2D tout en ayant un dessin 3D. Le rendu est très propre et bien animé. Certaines scènes sont vraiment incroyables. Ça fait vraiment plaisir à voir quand on compare à certains gros ratage de l’année dernière.

Le générique de début est intitulé Wild Side, est interprétée par ALI, outre le fait que musicalement ça claque bien (et que ça parle français), la réalisation du générique en stop-motion est juste magnifique. C’est sans doute l’un des meilleurs génériques de 2019 avec son petit combo hip-hop/funk avec une pointe jazzy. On peut les suivre sur twitter ou Spotify. J’adore !
Le générique de fin, Le zoo, est interprété par YURiKA. J’avoue ne pas l’avoir jamais vu en entier car Netflix ne laisse que quelques secondes.

L’anime tout comme le manga aborde des sujets sensible comme le rejet, le racisme, d’amour, de différence etc. Une leçon de vie incroyablement bien écrite et mise en scène.

Une saison 2 est d’hors et déjà prévue. En attendant, le manga est disponible jusqu’au tome 9 pour le moment, mais petit à petit Ki-oon rattrape la publication japonaise (17 tomes). N’hésitez donc pas à jeter un œil sur le merveilleux travail de Paru Itagaki.

BEASTARS est une adaptation à la hauteur de mes espérances. Javais très peur du rendu 3D, le travail qui a été fait est excellent. N’ayez donc aucun remord à commencer cet anime de qualité. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.