Compte rendu : Ma première fois au Y/CON 7

Le Y/CON est un salon culturel unique en France qui promeut les homo-fictions. Organisé par l’association Event Yaoi depuis 2011. C’est la première fois que j’y met les pieds. Et pour cause, je ne lis du boys love que depuis peu. Traumatisé pendant presque 9 ans par Le jeu du chat et de la souris, je n’ai tenté à nouveau l’homo-fictions que cette année avec Le prince captif, Yuri on Ice!! ou encore Doukyusei.

L’événement se déroule depuis trois ans à Villejuif les 1er et 2 décembre 2018, les précédents événements étant à Lyon. Cette convention regroupe des boutiques professionnelles, mais aussi beaucoup d’amateurs heureux de partager leurs créations.
Quand nous sommes sorties du métro, tout de suite une jeune fille est venue nous voir car elle ne savait pas où était la convention. Mais nous non plus… D’autres jeunes femmes étaient là et nous ont embarqué vers la convention. On a donc passé le trajet à discuter. C’était grave sympa comme entrée en matière !

Karaoke, projections, dédicaces et conférences tous est fait pour que vous passiez une journée sans vous ennuyer. Le lieu est petit, mais on ne s’y sentait jamais oppressé ou à l’étroit. La venue d’une auteure japonaise a attiré beaucoup de nouveaux visiteurs. Une grand majorité sont des femmes, mais il y a tout de même des représentants masculins parmi le public. Il y avait aussi pas mal de cosplay Harry Potter, Banana fish, Dramatical Murder, Hastune Miku, du 13e docteur et bien d’autres.

J’étais venue aussi pour Scarlet Beriko une mangaka à qui l’ont doit Minori no te et Yondaime Ooyamatsu Tatsuyuki, deux mangas avec des personnage en communs, idem pour Jealousy vendu en exclusivité ce week-end là. Les tickets pour ses dédicaces sont partis à la vitesses de l’éclair et la conférence sur sa vie de mangaka n’était disponible que pour 20 personnes (!!).

J’ai pu acheter tous ses mangas, et aussi pu assister à une conférence Le renouveau des codes du Boy’s Love où elle était intervenante. C’était très intéressant, j’ai ainsi pu mettre le doigt sur le pourquoi du comment. Pourquoi je n’aimais pas le yaoi, alors que je dévore du boy’s love depuis quelques mois ?!
Les anciens codes ne me convenaient pas. Fantasmer sur les viols et des couples malsains c’est un grand NON ! Fantasmer sur des histoires plus proche de la réalité, avec des personnages ouvertement gay, des couples plus nuancés (uke / seme) et bien entendu du sexe (ne se le cachons pas), c’est un grand OUI !
Certes il y a encore beaucoup d’œuvres à ne pas mettre entre toutes les mains, des choses qui vont vous révolter et que vous n’allez pas aimer, mais il y a de plus en plus d’œuvres qui valent le déplacement.
Cette conférence m’a appris beaucoup de choses et je dois féliciter les intervenants !

J’aurais bien vu d’autres conférences car c’était vraiment très intéressant. Ces différents univers sont assez nouveaux pour moi et j’ai vraiment envie d’en savoir plus.

Pour cette première édition je me suis concentrée sur les éditeurs Boys love IDP et Taifu que j’ai dévalisé. L’année prochaine, comme j’aurais pu étaler mes achats durant l’année, j’espère pouvoir plus profiter des stands amateurs. Et surtout de prendre une année pour les découvrir sur le net un peu avant.

Cela fait quelques années que je n’ai pas été voir les stands amateurs, et je suis bluffée par la qualité de ce que l’on peut y trouver. J’ai encore en tête ce qu’on trouvait à mon époque, où on venait avec ses photocopies moches et des graphismes hésitants… Que de chemin parcouru !

Caroline Segarra et moi avons été interviewé sur la radio Japan FM. Nous avons pu raconter notre ressenti sur la convention et pourquoi nous étions là. C’était amusant, surtout que ce n’était pas du tout prévu. Après le podcast et le stream sur twitch que j’ai pu faire avec elle, je suis plus détendue pour parler… Je suis timide à la base moi !!

J’ai pu rencontrer Rohan Lockhart auteur de Boy’s Love, dont la saga GMO-Project, mais aussi : Crossroad, Le Pavillon des Chimères et Les Nébuleux. J’ai bavé sur le stand de Sara Deek qui lui a dessiné quelques couvertures (que j’adore). Oui en plus il y avait des fanarts de Banana fish… Ça ne pouvait que me plaire.

On s’est vraiment beaucoup amusée, j’ai adoré l’ambiance bon enfant, l’atmosphère détendu et les gens sympa qu’on a pu rencontrer. A n’en pas douter je serais de la partie l’année prochaine si le programme est aussi alléchant ! Peut-être la convention va-t-elle grandir encore un peu ? Le succès était au rendez-vous cette année en tous les cas.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Une pensée sur “Compte rendu : Ma première fois au Y/CON 7

  • 8 décembre 2018 à 14 h 01 min
    Permalink

    Sympa
    Merci, du coup je sais mieux ce que c’est, je l’avais croisé de loin.
    Effectivement je comprends ton grand Non et ton Oui 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.