Rattrapage : La petite faiseuse de livres – Ascendance of a Bookworm

La petite faiseuse de livres ou a Ascendance of a Bookworm est un light novel de Miya Kazuki sublimement illustré par Shiina You. Il a ensuite été décliné en manga par Suzuka. La première saison est disponible chez Ototo. La saison n’a par contre pas été édité et il n’y a aucune annonce dans ce sens. Le premier tome du roman est édité par LaNovel Édition. Enorme défi car il y a 25 tomes et il est toujours en cours… La version numérique est déjà disponible, alors que la version papier sera en vente fin novembre 2021. Je parlerais du livre prochainement. Mais revenons sur ce que j’ai pu voir, c’est à dire l’anime disponible sur Crunchyroll.

De quoi ça parle ?

Étudiante et passionnée par les livres, Motosu Urano venait d’apprendre qu’elle allait enfin travailler comme bibliothécaire, ce dont elle avait toujours rêvé. Mais la vie en a décidé autrement et un tragique accident l’a emportée.
Pourtant, elle s’est réincarnée dans le corps de Myne ou Maine, la petite fille d’un soldat. Mais elle ne se laisse pas abattre pour autant. Après tout, tant qu’elle peut lire, elle n’a besoin de rien d’autre ! Cependant, dans ce monde dominé par la magie, seuls les nobles et les puissants ont accès aux livres. Le taux d’alphabétisation est ainsi très bas et peu d’ouvrages sont d’imprimés. Comme ils sont hors de portée pour quelqu’un de pauvre comme Myne, elle décide alors d’essayer de créer des livres en rassemblant toutes les connaissances acquises au cours de ses lectures…

©Miya Kazuki·TObooks/Ascendance of a Bookworm Project
L’équipe

La série compte 24 épisodes et  deux OAV. Une seconde saison est prévue pour le printemps 2022. Elle est produite par le studio Ajiado (How Not to Summon a Demon Lord, Izetta – The Last Witch) avec comme réalisateur Mitsuru Hongô (Crayon Shin-chan, Malicieuse Kiki, Sakura Taisen, Spirit of Wonder). L’anime s’appuie sur le scénario de Mariko Kunisawa (The Case Files of Jeweler Richard, Orient, Handa-kun). Le chara design et l’animation sont supervisés par Yoshiaki Yanagida (Emma Genshiken, Max et Cie, NieA Under 7). Une équipe de vétérans qui n’empêche pas la série de souffrir de petits défauts tant dans l’animation que dans ses dessins parfois un peu cheap. Heureusement, le récit rattrape ces défauts et on n’a vite fait d’enchainer les épisodes.

Un bon point pour les très jolies musiques de Michiru (7 Seeds, Kokkoku, Given). Le générique de début Masshiro est interprété par Sumire Moroboshi et celui de fin, Kamikazari no Tenshi, est de Megumi Nakajima qui double Turi, la grande soeur de l’héroïne.

Des tablettes au papier

J’ai beaucoup aimé l’anime, si bien que j’ai hâte de pouvoir lire le manga et le light novel. Les tous débuts m’ont rappelé mes cours au lycée quand on apprenait l’histoire de l’écriture, mais aussi des livres et de l’impression. Ca rejoint pour moi des souvenirs agréables. J’adore découvrir ce genre de choses fascinantes et pourtant si peu connues.
Comme notre jeune fille se réincarne dans la peau d’une petite fille, on va suivre son évolution, et comme dans ce monde la magie existe, elle va en faire les frais. C’est un savoureux mélange qui change radicalement des isekai. Pour le coup sa vie précédente et donc ses connaissances vont avoir un impact direct sur sa nouvelle vie. D’ailleurs ce n’est pas sans intriguer son entourage qui se demande comment elle peut connaître autant de choses à son âge.

Dans un monde où les livres sont pour une élite, elle décide de créer de toute pièce ce qu’elle aime temps. Myne est Dr Stone de la bibliothèque en quelque sorte !

J’ai laissé de côté le desing des personnages et l’animation au rabais pour me concentrer sur cette très jolie histoire. En plus, et ce n’est pas négligeable, vous allez apprendre plein de choses sur les livres.

Je suis contente d’avoir poussée la porte de La petite faiseuse de livres – Ascendance of a Bookworm et d’avoir découvert ce joli monde foisonnant. N’hésitez pas à y jeter un œil.

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.