I WON’T BE IGNORED !!!!

J’suis un peu déçue du dernier Dir en grey : Vulgar. Déçue par si peu d’inventivité et de recherche. L’album est bien, mais… il reste un goût de trop peu (surtout trop peu de mélodie qu’on retient).

Ça commence bien pourtant avec l’intro de audience killer loop… mais bon sans plus. Pire la suite The III D empire ou comment avoir autant de vocabulaire que Murder dolls T-T, je chipote le reste semble plus sensé… Et ça continu comme ça toujours pareil…….. T-T
Une que j’aurais pu aimer la 10, mais la voix des kyo ne va pas avec le reste dommage (punk powaaaaaa).
Kao et Die semblent bloqués sur le son saturé (t’as perdu ton son clair coco ?). Kyo semble pas trop inspiré sur ce coup là. On a perdu Toshiya dans la bataille (T-T) et les progrès de Shinya sont anéanti… Bref… que dire de positif ? Si j’aime bien obscure (tant qu’à faire bourrin faisons le bien !), et les anciennes (sauf kasumi que je trouve mineur si on enlève la teneur des paroles). Ça fait pas lourd tout ça… >.<,,,,
Pas une seule chanson pour head banger (aaaah damned !! -sauf obscure-) ou sauter comme des fous \m/ (Child prey powaaaaa), juste du bourrin pour faire du bruit. super préparer les bouchons… Des concerts que je ne vais pas regretter -_-;

Cet album est l’inverse de ce que j’ai toujours défendu sur dir en grey… Ce n’est pas mélodique, pas original, pas recherché, ils ont perdu ce son si particulier qui fait que le visual kei est ce qu’il est. Étant donné que les groupes indies prennent exemple sur Dir, j’ai un peu peur pour l’avenir… Enfin je croise les doigts pour que des groupes comme nightmare remonte tout ça.

M’enfin j’avais pas aimé kisô les 1re fois où je l’ai écouté et maintenant c’est mon album préféré… Tout espoir est permis !
Bon, je retourne m’écouter A (ouaiiiis Good Time est arrivé merci Amazone.co.uk mon nouvel ami) et Linkin Park

-Chronique écrite en 2003-

On s’attendait à un album dans la lignée des nouveaux maxi singles (Drain away et kasumi) mais il en fut tout autre à mon plus grand malheur.
Vulgar commence pourtant très bien avec audience KILLER LOOP et son intro originale, mais le reste de l’album ne suit pas du tout la route (enfin « ma » route on va dire). Hurlements, guitares saturées aux accords aussi pauvres que le rythme de la batterie, une basse à peine audible tout ceci est un bon résumé de Vulgar. Mais c’est surtout le manque de mélodie et de prise de risque qui fait défaut à l’album.

Non pas qu’il soit mauvais au demeurant, il est même bon, mais on peut trouver une multitude d’albums occidentaux dans la même veine. Il est donc dommage de devoir payer 35 euros pour quelques choses qu’on aurait pu trouver en France à 19. C’est certainement exotique pour les japonais mais pas pour nous. Que dire de plus sinon que Kyo ne semble pas inspiré (il l’avait bien dit ^^) par contre il a découvert sa pédale d’effets (oui je sais Kyo qu’on s’amuse comme un fou avec, je sais ce que c’est) et au final le rendu est mitigé.

Si je peux conseiller quelques titres, je dirais en premier lieu audience KILLER LOOP qui ouvre à merveille l’album. Ensuite les anciens maxi : Drain away et Child prey qui sont toujours de bons crus. Mais aussi ashita naki koufuku, yobiwarai naki ashita qui malgré un long titre elle reste une bonne chanson (un peu plus originale que ses consœurs).
J’aime aussi R TO THE CORE mais la façon de chanter de Kyo est vraiment bizarre et gène un peu. Mais ça fait plaisir d’avoir un titre punk dans cet album indubitablement orienté metal. Par contre la longueur est totalement normale pour un titre de ce style. La chanson Obscure est sympa surtout pour son passage mélodieux qui certes, n’est pas novateur. Mais que voulez-vous en bonne fan de Kisô, je ne puis résister.

Et n’en déplaise à certains dir en grey n’est pas vraiment un groupe de neo (nu metal, neo metal), déjà il manque quand même la partie « rap » pour dire qu’ils en font vraiment. On est loin de Linkin Park (et Dieu créa Meteora !), Korn ou Limp Bizkit quand même restons sérieux deux minutes. Ils utilisent quelques riffs et passages lourds, mais c’est à peu prés tout, MUCC est plus inspiré que Dir sur ce coup là.

C’est peut être cela le principal défaut du CD : ne pas avoir varié les plaisirs comme dans le passé, et faire de Vulgar une pluralité de leurs talents confondus. Il est très homogène comme un CD occidental. Ça sent l’exportation à plein nez, et ce n’est ni la tirade en anglais du livret, ni le Tshirt vendu spécialement pour l’occasion qui iront me contredire.

Dommage donc, mais que cela ne vous empêche pas de l’écouter et de l’aimer. Ce que je pense être des défauts seront peut-être pour vous des qualités.

Passons au DVD. Il ne contient qu’un clip, celui d’obscure. Il est pas mal, bien glauque dans le plus pur (arf) esprit dir en grey, mais la censure le rend énervant… A chaque fois qu’il y a quelques choses de trash l’image se réduit à un misérable carré au centre de l’écran… Certes conceptuel, mais le clip non censuré existe bien et c’est dommage de le couper comme ça… (ça rappel Mazohist of decadence sauf qu’il n’y a pas de version non censurée pour ce dernier).

Si vous aviez acheté la version normale, sans le DVD, vous avez accès à un site spécial avec des vidéos etc.
Autre détail la longueur 57 min que je trouve honorable qu’on soit passé en dessous de la barre des 1 heure, mais quand on est pas fan c’est bien assez à son malheur lol.

A vous de voir ! J’attends la suite avec impatience ce n’est qu’un énième changement de style qui appel à un autre changement de style peut-être plus favorable à mes oreilles ! Je reste toujours positive ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.