La page blanche de Boulet et Pénélope

La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu

Page-Blanche

L’histoire de La page blanche est très simple : Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ?

Il n’est pas toujours facile pour deux dessinateurs de travailler ensemble sur une même BD. C’est un exercice de style très alléchant et qui m’a poussé à acheter le résultat de cette collaboration le jour de sa sortie.
Boulet et Pénélope Bagieu, sont deux jeunes dessinateurs qui sont connus pour leurs BD certes, mais aussi pour leurs blogs. Cette nouvelle génération de dessinateurs est autant connue pour ses œuvres papiers que pour leurs délires parfois autobiographique sur la blogosphère. De fait on est très attaché à eux, plus sans doute si ils n’étaient que des noms sur une couverture.

Pour cet album à quatre mains, Boulet c’est donc occupé du scénario et Pénélope des dessins et de la couleur. Les deux univers s’imbriquent parfaitement. Les dessins simples, parfois naïf de Pénélope servent à merveille le récit de Boulet. Les clins d’œil sont au rendez-vous un peu partout, et on peut même y voir les auteurs en guest dans certaines cases. Quant à la partie de l’histoire se passant dans la libraire ça sent le vécu 😀

Seule ombre au tableau et pas des moindre : la fin. La page blanche se lit très vite, on est pris par l’histoire et on a envie de connaître la fin pour savoir qui est cette jeune fille et pourquoi elle a perdue la mémoire. Hélas la fin n’est pas à la hauteur de nos attentes. En à peine cinq pages l’affaire et bouclée et tout va bien dans le meilleur des mondes. C’est trop rapide, alors que 5 pages avant elle était en pleine dépression sans qu’on sache trop pourquoi tout va mieux et elle reprend une vie normale. J’ai trouvé ça vraiment léger, la fin aurait mérité d’être plus finement développée.

Malgré ce final décevant, le reste de la BD est vraiment excellente et mérite un achat compulsif !
Note : 14/20

pageblanche-hellocoton2

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

4 pensées sur “La page blanche de Boulet et Pénélope

  • 23 janvier 2012 à 19 h 48 min
    Permalink

    Assez d’accord sur la fin.
    De plus, pour certaines pages, j’ai eu l’impression que Boulet recyclé des pages de gags de son blog (=> héroïne vendeuse dans une librairie, plus tout les différents clients qui viennent la voir pour du Marc Levy entre autres..).
    Niveau histoire avec la mémoire qui flanche j’ai préférée « la parenthèse » d’Elodie Durand.

  • 23 janvier 2012 à 22 h 23 min
    Permalink

    Bha je dirais que Boulet a vraisemblablement bossé dans ce genre d’endroit donc je trouve normal, vu qu’elle est dans une librairie, de ressortir les clients chiants 😀
    On radote tous plus ou moins en ressortant nos bonnes blagues 🙂

  • 25 janvier 2012 à 10 h 04 min
    Permalink

    Tout comme toi j’ai apprécié ma lecture mais il est vrai que la fin laisse un goût d’inachevé. Ok c’est assez joli comme philosophie mais c’est baclé et donc c’est dommage !Je préfère les Joséphine de Bagieu 😉

  • 25 janvier 2012 à 11 h 21 min
    Permalink

    Je suis d’accord sur le fait que la fin tombe comme un cheveu dans la soupe, que c’est beaucoup trop rapide. Malgré cela, j’aime cette fin. En fait, qui elle est, je m’en fiche. J’aime cette idée de chemin parcouru et de page blanche qui s’offre à Eloïse pour commencer une nouvelle vie, c’est une belle vision optimiste.

Commentaires fermés.