Cinéma : Twittering bird never fly – The clouds gather

Twittering birds never fly est un manga de Kō Yoneda qui a débuté en 2011 dans le magazine Ihr HertZ. Il est publié en France chez Taifu comics. Au Japon il existe des drama CD où on peut s’immerger dans le monde de Dōmeki et Yashiro. Le premier grand projet annoncé par label Blue lynx (Fuji TV) a été l’adaptation cinématographique de Twittering birds never fly – The clouds gather.

Yashiro, un masochiste totalement dépravé, patron d’un clan de yakuza et de la société de finance Shinsei, embauche comme garde du corps Chikara Dōmeki, un homme taciturne et peu bavard. C’est le début d’une histoire oppressante entre Yashiro qui ne parvient pas à surmonter ses traumatismes d’enfance et Dōmeki qui tout en obéissant sans mot dire aux ordres de son patron, cache au fond de lui une cicatrice plus profonde… L’impuissance de se dernier rassure Yashiro…

Twittering birds never fly – The clouds gather en film est sortie le 15 février 2020 sur les écrans japonais, sa diffusion est relancée alors que l’état d’urgence est levée en mai au Japon. Quelques mois plus tard, il est sorti en DVD et Blu-ray, ce que m’a permis de pouvoir enfin le voir. Attention cependant, il n’y a pas de sous-titre disponible. La licence a été acheté aux US par Sentai Filmworks, mais rien ne dit que nous pourrons le voir en Europe. Croisons les doigts !
Je ne regrette pas mon achat, car même si c’est hors de prix, l’édition est magnifique.

C’est le studio GRIZZLY qui est en charge du projet avec la réalisatrice MAKITA Kaori dont c’est la première réalisation. Elle s’occupera aussi par la suite de l’OAV Don’t Stay Gold.

Comme chef scénariste (Series Composition) nous retrouvons quelqu’un dont j’apprécie énormément le travail à savoir SEKO Hiroshi. Il sait avec une très grande habilité adapter pour l’écran de très bons titres comme Banana Fish, Ajin, dorohedoro, Levius ou encore Vinland saga. Faisant bien souvent des choix osés mais intéressants, sans jamais trahir l’oeuvre en question. Alors, oui quand je vois son nom au générique je sais que le travail sera bien fait. Il a pris grand soin de Twittering birds never fly. Il occupera le poste de chef scénariste de la derrière saison de l’Attaque des titans (il s’était déjà occupé des scripts de certains épisodes) autant dire que je suis hypée.
N’ayant pas de sous-titre j’ai suivi le film avec mes deux premiers tomes à la main, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’à part quelques changements mineurs j’ai pu suivre l’intégralité sans me perdre une seconde. Pour le coup, il s’est permis assez peu de liberté, le manga de Kō Yoneda possédant déjà un mise en scène cinématographique.

Devant nos yeux Yoshino et Dōmeki prennent vient. Aucunes scènes n’est censurées, la seule chose c’est qu’on ne « voit » jamais de parties génitales. Twittering birds never fly sent le tabac et la testostérone, un décile pour les yeux. L’animation est a la hauteur de ce qu’on pouvait attendre d’un film diffusé au cinéma, et qui dépasse de loin les anime qu’on peut voir en streaming. La photographie est elle aussi incroyable avec des couleurs froides, celle des nuits sombres de Tokyo totalement en raccord avec cette espère d’atmosphère douce amère.

Chose intéressante ce sont les doubleurs des drama CD qui ont été recruté pour le film. Ce n’est pas toujours le cas, mais les acteurs ont durablement marqué leurs rôles pour avoir été choisi pour le long-métrage.

La musique jazzy de H ZETTRIO est totalement raccord avec l’ambiance feutrée du film. La chanson thème du film, moratorium, est la création du groupe Omoinotake.

En bonus un DVD avec 30 omake avec nos héros en SD. Là, en revanche mon japonais primaire ne m’a pas permis de comprendre et de m’amuser avec ses petites scénettes.

Twittering bird never fly – The clouds gather est un film à la hauteur du manga d’origine. GRIZZLY peut être fière. J’attends désormais avec impatience l’OAV Don’t Stay Gold qui sera disponible avec le 7e tome du manga en mars 2021. Je croise évidement les doigts pour que le film soit disponible un jour en France ou à défaut aux US.

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.