Rattrapage : L’anime Kingdom

Kingdom c’est un manga fleuve de HARA Yasuhisa très apprécié au Japon et qui a commencé en 2010 dans le magazine Young Jump. On pensait peu probable son arrivée en France mais l’éditeur français Meian a fait mentir tout le monde proposant un abonnement pour rattraper le Japon ce qui est presque chose faite désormais.

Dans la Chine de l’époque des Royaumes Combattants qui va du Ve siècle av. J.-C. jusqu’à l’unification des royaumes chinois par la dynastie Qin en 221 av. J.-C), on suit le jeune Shin dans son chemin vers l’accomplissement de son rêve : devenir un Grand Général. Shin est originaire de l’état de Qin, en proie à de nombreux soubresauts aussi bien à l’intérieur du royaume qu’à l’extérieur. À travers l’histoire de Shin, on suit aussi notamment l’histoire de Ei Sei, l’homme qui sera par la suite connu sous le nom de Qin Shi Huang, unificateur de la Chine.

© by HARA Yasuhisa / Shûeisha

La première saison est réalisé par Jun Kamiya (Blue Seed, Key The Metal Idol) pour le studio Pierrot. On a beau m’avoir prévenu à l’avance, la 3D choque beaucoup. La première scène est juste immonde à cause de ça. Les visages sont hideux, les mouvements ne sont pas souples et l’animation n’est franchement pas fluide. Bref, comme entrée en matière il y a plus motivant. C’est dommage car cette scène entre Shin et Hyō est primordiale pour la suite. Elle plante le décors et présente notre héros et ce pour quoi il se battra par la suite.

Tout au long des épisodes ont va être baladé entre la 3D pourrie et ses personnages ressemblant à des marionnettes et une animation traditionnelle qui rendent enfin les personnages expressifs. La différence est frappante. Il est vrai que la série date un peu (2012-2013) et que les techniques se sont bien améliorées depuis (il n’y a qu’à voir Polygon Pictures avec Levius par exemple).

Heureusement, le récit de HARA Yasuhisa est très riche et prenant, ainsi votre cerveau arrive à oublier les défauts d’anime. Bon, ok de temps en temps j’ai ronchonné en silence, cependant j’ai regardé tous les épisodes avec avidité. Il y a tout pour me plaire, des complots, des batailles, de la stratégie et des drames. Quoi de mieux pour vous tenir en haleine ! Même si je n’y connais pas grand chose sur l’histoire de la Chine, l’unification et ses batailles sont intéressantes. Voir comment elles se déroulaient et en expliquer les stratégies est un gros plus dans Kingdom. Et ça, j’adore.

Shin est un simple esclave puis par la force de son courage et de sa détermination il gravit les échelons dans l’armée. Une personnalité intéressante qui mène littéralement le spectateur dans son ascension. Les personnages secondaires sont eux aussi intéressants. Et on s’attache à eux tout comme à Shin.

A mon grand désespoir la seconde saison n’est pas encore disponible sur Netflix. Je ne peux donc pas me lancer dans la 3e saison qui a commencé sur ADN. Cette dernière s’est d’ailleurs mise en pause à cause du COVID-19. Cela me laisse donc un peu de temps pour voir la suite si Netflix se décide enfin à la proposer.

Kingdom est une très longue série fleuve, et je n’ai plus vraiment les moyens d’investir dans ce genre d’aventure. L’anime était une alternative toute trouvée pour enfin connaître ce monument du manga de ces dernières années. Si la 3D est un frein, je suis passée outre. Kigndom est un anime patronnant.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.