Anime hiver 2020 – Esprit des toilettes es-tu là ? : Jibaku Shounen Hanako-kun

Toilet-Bound Hanako-kun est un manga d’Iro Aida publié, encore aujourd’hui, dans le Monthly G Fantasy. Il compte 14 tomes inédits en France. L’anime vient de débarquer sur Wakanim avec 12 épisodes de prévus.

Toilet-Bound Hanako-kun s’inspire d’une légende urbaine japonaise sur un Hanako-san une jeune fille qui hanterait les toilettes publics. Le fantôme d’Hanako-San peut être conjuré en frappant trois coups sur une porte, et à la façon de Bloody Mary, il faut répété son nom et demander si elle est là. Elle serait apparu après la seconde guerre mondiale. Hanako-ku est donc directement inspiré par cette histoire.

Une rumeur étrange circule dans toutes les écoles du Japon. Dans le vieux bâtiment, une certaine dame prénommée Hanako se trouverait dans la 3e cabine des toilettes des filles du 3e étage. Ceux qui l’invoqueraient verraient un de leurs souhaits se réaliser. Nene Yashiro est une jeune fille fan de superstitions et d’affaires occultes. Elle aimerait bien sortir avec un camarade plus vieux pour qui elle a un faible. Elle décide alors de voir si la légende dit vrai et invoque Hanako-san et ce retrouve avec Hanako-kun !
Lors d’une de leur aventure une malédiction s’abat sur elle, et elle se retrouve transformée en poisson. Afin de retrouver son apparence, Nene passe un marché avec un jeune garçon nommé lui aussi Hanako, qui est coincé aux toilettes. Elle devient son assistante et ensemble ils résolvent les affaires mystérieuses qui frappent l’école.

L’anime est réalisé par le studio Lerche a qui l’ont doit Given, Astra ou encore Radiant. On retrouve à la réalisation Masaomi Andō qui a déjà travaillé sur Astra justement. L’anime est scénarisé par Yasuhiro Nakanishi, tandis qu’on retrouve au chara design et à l’animation Mayuka Itou. La musique est signée Hiroshi Takaki qui a signé plusieurs musique de jeux vidéo, drama et anime.

Le groupe Chibaku Shōnen interprète le générique de début No.7, alors que c’est Akari Kitō qui chante le générique de fin : Tiny Light. Des pas vraiment originaux, mais qui collent bien à l’anime malgré tout.

Graphiquement on sent l’effort pour se rapprocher du manga, car il est n’est pas dans les canons de ce que l’on lit ces dernières années. Je suis fascinée par les yeux et les regards. Il y a un je-ne-sais quoi de CLAMP que j’aime assez.  Le trait épais des dessins originaux a été conservé. Hanako-kun a aussi ce côté intéressant de double-jeu. Bon ou mauvais quel est son camp ? Car oui, il ne cache pas avoir déjà tué et expier ses fautes…

L’animation est de qualité et l’ambiance atypique avec de très belles couleurs. La mise en valeur de certains cadrages, qui rappel le manga, est aussi plutôt bien trouvée.
Chaque épisode nous présentant des esprits différents j’espère que l’on ne va pas s’ennuyer au bout de quelques épisodes. Pour le moment en tous les cas pas de répétitions et chaque nouveaux personnages a sa personnalité et son histoire propre.

Toilet-Bound Hanako-kun est une bonne surprise, je savais que le manga était un gros hit au Japon, mais j’avais peur d’une série un peu trop enfantine. Au final, les premiers épisodes s’avèrent très sympathiques. Si vous aviez quelques doutes, n’hésitez pas à lancer un épisode et à appeler Hanako-kun… trois fois…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.