Tsugumi project d’ippatu la claque graphique de chez Ki-oon

Tsugumi project est une création originale de Ki-oon. Depuis son plus jeune âge, ippatu prend un malin plaisir à mélanger le réel et l’imaginaire. Il fait ses armes auprès de Jiro Taniguchi en tant qu’assistant (Quartier lointainLe Gourmet solitaire) mais aussi avec Shinichi Ishizuka (Vertical, Blue Giant). Multipliant les expériences, du travail d’illustration en passant par le chara-design de jeux vidéo ou encore par la publication de séries courtes, ippatu construit peu à peu un imaginaire bien à lui peuplé de nombreuses créatures… Passionné par les chimères depuis qu’il a découvert le tableau L’Invention collective de René Magritte, c’est un accro au travail, ses planches sont totalement folles.

C’est l’histoire de Léon, un soldat d’élite d’une Europe militariste, qui est embarqué de force dans une expédition secrète. Dans un Japon en ruine, abandonné depuis plus de 200 ans, lui et ses compagnons d’infortune doivent récupérer une arme terrifiante. Son nom de code : Tsugumi. Tout ce qu’on sait d’elle, c’est que son potentiel de destruction est tel que le monde a préféré écraser l’archipel sous une pluie de bombes atomiques plutôt que de voir son développement mené à terme…
Mais l’opération tourne court : l’avion s’écrase, et Léon se retrouve seul dans la baie de Tokyo. Affamé, à bout de forces, avec pour unique protection une combinaison antiradiations, il découvre vite que la métropole n’est pas aussi déserte que prévu… Sa course pour la survie commence !

Pour lire un extrait cliquez sur l’image – © by IPPATU

J’étais pas forcément chaude pour commencer cette série, surtout que j’avais lu des retours mitigés. Mais, il faut toujours se faire un avis soit même car il est évident que nous n’avons pas tous les mêmes  goûts et qu’on peut être sensible différemment à une même oeuvre. Aimer c’est très subjectif. Si je ne suis pas particulièrement sensible au design des personnages, force est de constater que c’est une claque graphique impressionnante. Les décors sont somptueux, détailler à l’extrême, le bestiaire est incroyable aussi. Il n’y a qu’à voir Tora sur l’extrait que j’ai mis juste au dessus.

L’histoire est pour le moment assez simple, mais j’ai bien l’impression qu’on pourrait apprendre des choses incroyables et être assez surpris au final sur qu’est devenu le Japon après la guerre nucléaire. Doudou est-il se qu’il prétend être ? Qui est Tsugumi dans ce Tokyo en ruine… Léon n’est-il pas trop naïf ? Beaucoup de questions pour encore peu de réponses dans ce jeu de dupe pour sauver sa peau.

Tsugumi project est une belle surprise que je n’ai pas vu venir. C’est une claque graphique doublé d’une atmosphère post-apo comme on aime. Un survivor dans un monde hostile. Ippatu m’a épaté sur ces deux premiers tomes, j’ai hâte de pouvoir lire la suite et de comprendre qui est tsugumi par exemple.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

2 pensées sur “Tsugumi project d’ippatu la claque graphique de chez Ki-oon

  • 20 octobre 2019 à 17 h 53 min
    Permalink

    « J’étais pas forcément chaude pour commencer cette série, surtout que j’avais lu des retours mitigés. Mais, il faut toujours se faire un avis soit même car il est évident que nous n’avons pas tous les mêmes goûts et qu’on peut être sensible différemment à une même oeuvre. »
    +1
    Pour ma part, j’avais lu l’histoire, feuilleté le 1er tome, et je m’étais dit pourquoi pas découvrir.

    Répondre
    • 20 octobre 2019 à 20 h 47 min
      Permalink

      j’ai été agréablement surprise oui !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.