Promare le film de l’été boosté à l’adrénaline !

Promare est un film de Hiroyuki Imaishi que l’on connait pour ses séries animées déjantées comme Gurren Lagann et Kill la Kill. Donc si vous connaissez ces deux animes vous savez en gros ce qui vous attend. Nous avons une chance inouïe de pouvoir apprécier ce petit bijou sur grand écran à partir du 31 juillet grâce à Eurozoom. Courrez voir ce film c’est une pépite qui va vous en mettre plein la vue.

Tout d’abord l’histoire : Une énorme tempête de feu a dévasté la moitié des villes du monde, affaiblissant les hommes donnant naissance à des mutant capables de manier le feu, les Burnish. Trente ans plus tard, un groupe de mutants terroristes, appelés les Mad Burnish, menace de détruire de nouveau la Terre. Le seul rempart de l’humanité ? La Burning ressue, une équipe de pompiers d’un nouveau genre. Galo Thymos et son équipe vont tout faire pour arrêter les Mad Burnish.

L’introduction nous présente l’état dans laquelle est la terre depuis trente ans, avant de basculer dans une longue bataille. On prend un bon shot d’adrénaline. Le spectateur en prend plein les yeux. Ça va vite, ça explose de partout, le regard ne sait plus où se poser et le cerveau en redemande comme un affamé. C’est très coloré, dans un esprit cartoon, avec des formes géométriques. Même les reflets du soleil sont carré. C’est déroutant au début, mais on oubli assez vite pour plonger dans l’action.

C’est l’occasion pour une surenchère de couleur, de formes, de combats épiques et démesurés, et aussi de quelques clin d’œil. C’est un parti prix artistique audacieux à couper le souffle. On pourrait penser que le film de Hiroyuki Imaishi pourrait souffrir d’un quelconque essoufflement. Que neni Promare est une bouffée d’oxygène parmi des sorties dont le thèmes ont tendance à tourner en rond. L’ennemi n’est pas toujours celui que l’on croit, rebondissements et scènes épiques jalonnent le long-métrage. Scientifiquement parlant c’est assez farfelu, mais on est trop pris dans le tourbillon de l’histoire pour s’en offusquer.

L’équipe du film est démentielle. Pas moins de trois studios sont au fourneaux : Trigger, XFlag et Sanzigen pour la 3D. Kazuki Nakashima est l’auteur du scénario qui avait déjà fait Gurren Lagann et Kill la Kill le style reste donc dans la même veine avec un univers assez proche. A la création des personnages et des machines on retrouve bien évidement Shigeto Koyama (Gurren Lagann, Darling in the FranXX, Kill la Kill, le design de Baymax), si on sent indéniablement sa patte, on sent aussi qu’il a pris beaucoup de plaisir à nous concocter des designs de fous.

Le compositeur n’est autre que Hiroyuki Sawano qui a fait les bandes-son d’anime comme Mobile Suit Gundam Unicorn, Blue Exorcist, L’Attaque des Titans et bien entendu kill la kill, mais aussi des dramas et des jeux vidéos. J’ai beaucoup apprécié les chansons comme Inferno.
J’écoute aussi en boucle la chanson thème Kakusei chanté par Superfly. Le groupe interprète aussi le générique de fin Kōri ni Tojikomete.

C’est Kenichi Matsuyama qui donne sa voix Galo Thymos, acteur multi-récompensé il a joué L dans Death note version live action ou encore dans l’adaptation du manga déjanté Detroit Metal City). Lio Fotia est lui doublé par Taichi Saotome que l’on a pu voir récemment dans le rôle de Renji Abarai dans le live action film Bleach (Netflix). Tout le casting tient la route et vous n’aurez jamais envie de voir une version française de ce petit bijou.

Promare (prononcer Proméa) sera sur les écrans français à partir du 31 juillet et c’est indubitablement un événement à ne pas rater !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.