Nouveau drama sur Netflix : My Husband won’t fit

Au mois de mars dernier, Netflix a rajouté un drama japonais de 10 épisodes dans sa liste de VOD. C’est plutôt appréciable car ils se font rare, le dernier était Rouge éclipse l’été dernier. C’est dire que c’est un mini événement alors qu’on a des tonnes de drama coréen, nous avons même de plus en plus de drama chinois et même thaïlandais. My Husband won’t fit (Mon mari ne rentre pas) s’appelle à la base My Husband penis won’t fit (Le pénis de mon mari ne rentre pas), ce qui est plus parlant que le titre raccourci.

Ce drama est l’adaptation du roman autobiographique Otto no Chinpo ga Hairanai de Kodama, paru en 2018 Japon et qui a eu beaucoup de succès. Il y a même une adaptation en manga pré-publié dans le Young Magazine (Kôdansha), dessiné par la mangaka Yukiko Gotô.

Mais que peut bien raconter My Husband won’t fit ? Nos deux héros Kumiko et Kenichi se sont rencontrés à l’université et filent le parfait amour. A un seul point près. Il n’arrive pas à la pénétrer, son pénis est trop gros ! Cela n’empêche pas Kenichi de vouloir continuer sa relation avec Kumiko et au bout de quatre ans il l’a demande en mariage. Pourtant il n’a toujours pas réussi !

My Husband won’t fit raconte les 20 ans de relation de ce coupe atypique qui malgré ce problème physique n’abandonnera jamais. On peut inévitablement se demander pourquoi n’être jamais aller voir un médecin ? Peut-être que cela est trop tabou au Japon pour cela ? Attention spoiler…. En tous les cas ils n’ont jamais réussi ! Mais l’intérêt du drama n’est pas là. C’est avant tout un couple qui va devoir surmonter cette difficulté. Car qu’est-ce que l’amour ? Est-ce que cela doit obligatoirement passer par le sexe, et sous entendu la pénétration ?

J’avais lu un article qui justement disait que nous étions obnubilé par la pénétration, que sans elle l’acte même de faire l’amour n’était pas terminé. Alors qu’il y a bien des façons de se faire plaisir. C’est donc sur cette réflexion que nous emmène l’auteure, plus que de savoir si il faut inévitablement que pour ce couple soit heureux il lui faut cette action.

On a aussi une réflexion sur la place de la femme qui alors est incomplète, surtout qu’elle ne peut donner d’enfant. Ils tentent bien d’aller voir une clinique pour de l’in-vitro, mais ils font marche arrière. La scène de la rencontre entre les deux familles est vraiment lourdes de sens et tous les tabous sur ce que doit être un couple et une famille est exposer avec des mots assez durs des deux familles.

Au final ce drama n’est pas drôle, il amène à une réflexion sur le couple, l’amour physique et la famille… C’est une base de réflexion vraiment intéressante pour débattre, sachant que si c’est assez compliqué au Japon ça le serait tout autant chez nous. On peut trouver admirable que le mari reste auprès de sa femme. Le seul reproche que je ferais à la série, c’est qu’on ne ressent pas l’amour de Kenichi pour sa femme. Bien entendu le fait qu’il reste avec elle montre bien qu’il est fou de sa femme, mais on a quand même du mal à y croire en tant qu’acteur.

My Husband won’t fit est un drama intéressant pour sa réflexion sur le couple et l’amour.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

2 pensées sur “Nouveau drama sur Netflix : My Husband won’t fit

  • 8 avril 2019 à 19 h 53 min
    Permalink

    Pas banale cette série ! je me demandais où ils voulaient en venir mais si c’est pour faire une critique de tous ces codes imposés dans les relations et aussi toutes les attentes de l’entourage ça me dit bien. Si ça parle en plus d’asexualité c’est vraiment intéressant ! Du coup merci d’avoir éclairci tout ça pour moi je vais pouvoir tenter le drama ^^

    • 8 avril 2019 à 20 h 17 min
      Permalink

      asexualité je sais pas. Mais à toi de voir, je trouve que c’est plus critique qu’on ne le pense, surtout remis dans le contexte du Japon.

Commentaires fermés.