Défi lecture 2018 [avril] Robin Hobb : Le destin de l’assassin

Mon défi littéraire contenu avec au mois d’avril : Pour ce mois d’avril j’ai voulu rendre hommage à une grande dame de la littérature et de la fantasy : Robin Hobb avec Le destin de l’assassin.

  • une autrice devra vous inspirer. Évidemment vous pouvez en lire durant les autres mois. Et heureusement car en young adult je lis beaucoup de romancière. En fantasy c’est aussi des femmes qui m’ont le plus fait aimer le genre.

Robin Hobb (Megan Lindholm) est une écrivaine américaine, elle est l’auteur de L’assassin royal et des nombreux cycles qui prennent place dans l’univers des Six duchés. J’ai découverts ses livres d’une façon peu habituelle. Les membres du groupe Within temptation remercient beaucoup de monde dans les livrets de leurs albums. Dans celui de The Silent Force, la chanteuse, Sharon, remercie des auteurs qui l’ont inspiré dont Robin Hobb. J’ai donc décidé de lire L’assassin royal. D’ailleurs le titre, Hand Of Sorrow, s’inspire de l’histoire de son héros Fitz. Grand bien m’en a pris.

En mars dernier est sorti le dernier (?) tome des aventures de Fitz et du Fou. C’était à la fois une grande joie, mais aussi la quasi certitude que c’était la fin d’un long voyage commencé il y a tant d’années. L’assassin royal est une des plus belles sagas de fantasy que j’ai pu lire. N’ayez pas peur de partir à l’aventure. Il y a certes beaucoup de tomes 35 (18 en VF pour L’assassin royal, 9 pour les aventuriers de la mer et 8 pour la Cité des anciens). Mais pas d’inquiétudes c’est assez prenant pour qu’on ne voit pas le temps passer. On s’attache vite à Fitz Chevalerie, même si parfois il est énervant à ressasser le passer et ses blessures. N’empêche il est attachant, ainsi que le Fou, Ombre, Kettricken, Devoir, œil de nuit et tant d’autres personnages de cet univers.
C’est un plaisir indescriptible à lire, son monde est bien construit, et tellement riche qu’on ne s’y ennuie jamais. Les personnages féminins ne sont pas en reste malgré que nous soyons dans un monde médiéval patriarcale.

-Attention spoiler ne pas lire si vous n’avez pas lu ce roman-

Lorsque les Quatre et leurs Serviteurs s’attaquent à Flétribois et enlèvent la fille de Fitz, ils mettent en branle des forces impossibles à arrêter. C’est pas bien de s’en prendre à la fille du Prophète blanc et de son Catalyseur. On court à la catastrophe.
L’ancien assassin royal, croyant Abeille disparue à jamais, se lance à l’assaut de leur citadelle, accompagné du Fou.
Abeille, quant à elle, est en vie et refuse le sort que ses ravisseurs lui réservent. Si elle a espéré leur échapper et retrouver les siens, elle décide finalement de les anéantir, quitte à les accompagner dans leur ruine.
Les Blancs ont accès à des rêves prémonitoires, certes, mais rien ne les avait préparés aux Loinvoyant. Car l’instinct de survie sans faille de cette famille n’a d’égal que sa capacité de destruction dans le détail.

Je dois dire que j’ai versé quelques larmes pendant la lecture de dernier tome. La relation entre Fitz et Le fou est incroyablement bien écrite. Leur amitié hors norme est l’une des plus belles que j’ai pu lire. J’avais une peine infinie pour Abeille qui devait perdre son père, après sa mère. Mais je sais que ça va bien se passer car elle est entre de bonnes mains. Mais que certains passages m’ont fait mal au cœur.

J’ai trouvé Kettricken vraiment proche de Fitz et certains sous entendus m’ont amusé. Mais Fitz reste Fitz. J’ai eu peur pour Althéa, c’est moche de me foutre la trouille pareil quand même… C’est très sympa de voir plusieurs de ces univers se croiser enfin. Ce dernier tome est un véritable grand huit d’émotion. Même si du coup j’ai trouvé que la partie avec les dragons était traitée trop en retrait. Après je peux imaginer que c’est une porte ouverte pour d’autres romans qui nous en raconteront plus.

Au vu du dernier chapitre, on peut imaginer qu’elle peut donner une suite aux aventures d’Abeille aidé du loup de pierre ou bien nous laissez l’imaginer. La fin est moins triste que je ne le craignais, je l’ai même trouvé assez belle malgré la longue agonie de Fitz qui fait mal au cœur. Je rappelle que j’ai pleuré à plusieurs moments durant ma lecture, j’ai lu la fin avec appréhension. En tous les cas c’est ce que j’espère secrètement. Si j’avais eu peur que Robin Hobb ressorte Fitz du placard à cause des demandes des fans, je n’ai rien à redire sur ce qu’elle a écrit. C’était vraiment parfait. Merci à elle pour avoir su nous écrire une suite digne de son héros.

Si vous avez envie de faire parti de la communauté française de l’auteure n’hésitez pas à aller sur le groupe facebook du septième duché.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.