[Interview + Live report] Le retour de MUCC à La Loco

DSCF0088

Samedi

Sympathique journée que nous avons passé avec AyouReyep, Niok et deux finlandaises. Nous avons tour à tour interviewé MUCC, fait visiter un Monoprix aux finlandaises et glandé dans un café. MUCC on été comme d’habitude des anges alors que depuis 10h du mati ils enchaînaient les interviews. Je maudit Reyep qui a dit que j’étais pas fan et que maintenant j’avais adoré 6… J’ai du devenir toute rouge,Yukke était mort de rire (*honte* *honte*), et quand on a demandé pour un fan club à l’étranger, Tatsurou m’a demandé pourquoi pas vous. *0* Qu’il a de bonne idée le monsieur ! ^^’
Bref, sympa le groupe !

C’est par un jour pluvieux que nous avons retrouvé le groupe MUCC à son hôtel pour une interview.

Tanja : Tout d’abord, bonjour à tous.
Certains fans trouvent que 6 est une synthèse de tous vos travaux, partagez-vous ce sentiment ?

Miya : En fait, 6 serait plutôt une face B de Houyoku.

Reyep : Est-ce que vos voyages à l’étranger ont influencé votre musique ?
Miya : Il y a énormément de choses que nous ne pouvions pas savoir avant de venir en Europe. Ca nous a appris bien des choses mais aussi ouvert les yeux. De ce fait, cela nous a fait beaucoup progresser.

Tanja : La jaquette de la version régulière de « 6 » parodie l’affiche de votre premier concert au Budôkan, est-ce un coup de pub ou bien un délire de votre part ?
Tatsuro : 6 Etant un album différent par rapport à ce qu’on avait fait auparavant, nous avons cherché à faire un design notamment avec une jaquette particulière qui change de ce qu’on a pu réaliser jusqu’à présent. Il se trouve qu’on avait le concert au Budôkan dans la foulée donc on s’est inspiré de la photo qui a servi pour l’affiche du Budôkan. C’est un clin d’œil avec le côté original qu’on a voulu mettre en avant.

Tanja : Justement le Budôkan est une grande salle très connue, mythique même, quelles sont vos impressions avant le grand soir ?
Tatsuro : Nous avons déjà joué là-bas pour des events. Mais le fait de pouvoir jouer seul dans cette grande salle alors qu’on a déjà vu plein d’autres groupes super connus y jouer nous a marqué. Ces images on les a vues depuis qu’on a créé le groupe et sans être une finalité, c’est un grand événement pour nous.

Reyep : On espère que vous jouerez au Tokyo Dome un jour !
(Le groupe rit à la remarque)

DSCF0004

Tanja : D’ailleurs au Budôkan, vous avez opté pour une fosse all standing ou all seating ? (ndlr : debout ou assis)
Tatsuro : All seating.

Reyep : Au début de votre carrière, vous étiez plus axés sur le visuel. D’où vient ce changement ?
(Gros blanc, Tatsuro réfléchit longuement)
Tatsuro : hmmm… Avant, nous accordions beaucoup d’importance à nos costumes, mais dans un même temps nous devons adapter nos tenues à l’évolution de notre musique. En ce moment, nous accordons peut-être plus d’importance à la création de notre musique. En même temps, nous avons ressenti le besoin d’épurer notre style et de moins nous maquiller.

Tanja : Vous délirez beaucoup lors de vos séances photos, est-ce que c’est aussi le cas dans la vie ?
Tatsuro : Quand on ne travaille pas, on déconne souvent mais sinon au travail on est sérieux.

Tanja : Sur votre site officiel, on a pu voir un court-métrage (NDLR: une vidéo mettant en scène SATOchi allant chercher des CD dans un magasin tenu tour à tour par les autres membres du groupe) où on a pu apprécier vos talents d’acteurs. Allez-vous vous lancer dans des dramas ?
(Ils rient)
Tatsuro : La personne qui fait le Budôkan en carton dans la vidéo, c’est la jeune fille au fond (il nous montre une jeune japonaise dans un coin de la pièce).

Tanja : Vous avez du talent pourtant !
(Tous font des « non » de la tête.)

Tanja : Pourquoi jouez-vous pieds nus ?
Tatsuro : En premier lieu, c’est beaucoup plus pratique sur scène pour bouger. Puis, au début je portais des bottes pour aller avec mon costume de scène. Mais en live, à cause de la pression, du stress, des mouvements, ce n’était pas pratique et j’ai fini par les enlever. En fait, j’aurais aimé porter des baskets mais on n’est pas vraiment un groupe à porter des baskets. Donc nous sommes restés pieds nus.

Reyep : Pourtant, il y a des groupes comme Nirvana, des groupes grunge, qui chantent des choses aussi noires que vous et qui portent des jeans et des baskets.
Tatsuro : Est-ce que vous nous voyez comme Nirvana ?
Reyep : Non, pas vraiment.
(ndlr : Remarquez qu’au concert YUKKE portera un T-shirt avec marqué en gros : GRUNGE…)

Reyep : Qu’avez-vous pensé de l’event au Klub ?
Tatsuro : C’était très sympa et le cosplay était aussi intéressant.

Reyep : Que pensez-vous des fans, qui pourtant habitent à l’autre bout de la planète et qui s’habillent comme vous à vos débuts ?
Tatsuro : Oh ! c’était marrant, je me suis demandé : « Hmmm… Mais où ils trouvent leurs inspirations et où ils trouvent les photos ?!

Reyep : D’après le site de l’Otakon (convention américaine), vous allez jouer aux Etats-Unis. Quelles sont vos impressions ?
Tatsuro : Oui, on y va cet été. Pour le moment, on ne se rend pas compte encore donc on verra sur place mais on a déjà l’expérience d’avoir joué en Europe. Donc, nous aurons une approche différente par rapport à nos premiers concerts en Europe. On y va et on verra bien !

Reyep : Est-ce qu’il y a d’autres pays où vous aimeriez aller jouer ou retrouver des artistes que vous aimez comme The Rasmus en Finlande ?
Tatsuro : Effectivement, on aimerait aller en Finlande. Au Japon, nous avons joué avec The Rasmus et nous avons parlé d’éventuels concerts avec eux en Europe.

Tanja : Il y a d’autres pays où vous voudriez aller ?
Tatsuro : L’Angleterre, la Corée…
SATOchi : Le Pôle nord
Tanja : Avec les ours polaires et les phoques ?
SATOchi : J’aimerais bien manger du phoque.
(Tout le monde explose de rire !)

Tanja : Est-ce que vous trouvez des différences entre le public européen, japonais, etc.
Tatsuro : C’est toujours très différent.

Reyep : Même entre les pays Européens ?
Tatsuro : Oui, il y a déjà des différences entre l’Allemagne et la France et même en France, entre Paris et la province, on sent une différence.

Reyep : Qu’avez-vous pensé de vos autres dates en France ?
Tatsuro : C’était une ambiance de folie ! Le public était super chaud. On s’est demandés pourquoi aucun autre groupe japonais n’était allé dans le sud. Ils sont bien cons de ne pas y être allés (Tout le monde rit).

Tanja : Est-ce que vous avez des manies avant d’entrer sur scène ?
Tatsuro : on s’étire, on s’échauffe.

Tanja : Qu’est-ce qui vous a poussé à faire un CD de reprises ?
Tatsuro : Depuis qu’on a commencé à faire des concerts, à chaque fois on faisait une reprise. Et au fur et à mesure, comme nous en faisions une différente à chaque fois, on a fini par avoir un répertoire d’une trentaine de chansons. On voulait sortir un album avec toutes ces reprises, n’importe quand mais on n’a jamais eu le temps. Et puis, là on l’a eu, donc, on a enregistré. Sauf que pour sortir un album de ce genre dans le circuit traditionnel, cela prend du temps et c’est compliqué. Donc dans un premier temps nous allons le sortir sous une condition particulière : participer au concert du Budôkan pour se voir offrir cet album.

Reyep : Vous avez sorti énormément de choses, fait beaucoup de concerts, alors est-ce que vous nous préparez encore des surprises pour le second semestre de 2006 ou allez-vous vous reposer ?
Tatsuro : Non, il n’y aura pas de pause.

Reyep : Aucun groupe japonais n’a ouvert de fan club en Europe malgré leurs concerts ici. Qu’en pensez-vous et voulez-vous en ouvrir un ?
Tatsuro : Je pense que si un fan club est nécessaire, pourquoi pas. Mais si aucun groupe ne l’a fait pour le moment, c’est qu’il ne se rend pas compte si c’est nécessaire ou pas. Comme nous sommes éloignés et qu’il y a la barrière de la langue, je pense que c’est difficile à gérer. On ne pourrait pas offrir autant de choses qu’aux fans japonais. Mais si il y a quelqu’un qui est fan de MUCC et qui a envie de monter une société pour créer un fan club et de prêt à le gérer, il ne faut pas hésiter à nous présenter cette personne.
Reyep : Beaucoup seraient heureux de le faire mais nous ne savons pas qui pourrait.
Tatsuro : Mais même au Japon c’est difficile… (Rires du groupe)
Tanja : Oui, parce que c’est pratique pour avoir des places de concerts quand on va au Japon. Effectivement, c’est pour une poignée de personnes mais c’est quand même bien utile.
Tatsuro : On serait content. Vous ne voulez pas le faire ?
Tanja : Euh, pourquoi pas… (Rire collectif). Les groupes viennent en France mais beaucoup de gens vont au Japon aussi et ce n’est pas évident de trouver des places si on n’a pas quelqu’un sur place.
Tatsuro : Ce serait plus facile pour donner des infos… Bon, on va faire une réunion ce soir !

Reyep : C’est amusant que vous disiez cela à Tanja, car c’est une fan récente de MUCC. Elle n’aimait pas la voix de Tatsuro mais sur cet album, ça a changé. (ndlr : Tanja s’effondre sur sa chaise, et le groupe se marre…).Sa voix, on aime ou on n’aime pas, mais elle ne laisse pas indifférente.
Tatsuro : Ca m’est arrivé avec un chanteur dont je n’aimais pas la voix et puis au bout d’un moment, je me suis mis à l’aimer. Je pense que lorsque l’on n’aime pas la voix d’un chanteur ou d’une chanteuse, c’est que l’on a déjà de l’intérêt pour cette voix et qu’à un moment, il y a une possibilité de changement de passer de « je n’aime pas » à « j’aime ». Tout cela alors que l’on pourrait y être indifférent. Donc je comprends tout à fait.

Reyep : Tatsuro, comment faites-vous pour faire passer tant d’émotions, avez-vous souffert auparavant ?
Tatsuro : L’année dernière, avec la barrière de la langue, je me suis rendu compte que je devais mettre plus de sentiments dans mes chansons. Si mes paroles sont tristes, je dois faire passer ce sentiment par la chanson parce que les mots ne suffisent pas. J’ai beaucoup travaillé là-dessus l’année dernière. Et je suis content que cela ait porté ses fruits.

Reyep : Je trouve que déjà avec des titres comme « Daikirai », vous faisiez déjà passer beaucoup d’émotions.
Tatsuro (en français) : merci

Reyep : Est-ce que vous êtes prêts à partir dans une tournée encore plus grande en France ?
Miya : Si à chaque fois que l’on vient on peut faire encore plus de concerts, dans encore plus d’endroits, on est partants !

A l’année prochaine alors !

Merci à Sxl et à Ayou pour leur aide précieuse.
Merci à Sae, Fabrice, MUCC et leur staff.

Dimanche
Je devais aller au ciné avec Filth, Kourai et tous les autres, mais manque de bol je suis restée plus d’une demie heure coincée dans le train après Juvisy -____- ; C’était marrant le chauffeur du train d’à côté discutait avec le notre… Tranquille quoi. Et fin, du fin, quand on est arrivé à Bibliothèque on apprend que notre train et terminus à Austerlitz, alors que si je voulais aller au ciné fallait que je prenne le métro à St Michel notre Dame…
Bref, je pars glandé au carrousel du Louvre et je me lâche même au Virgin en achetant le DVD live de Whithin Temptation.
Je suis rejoins ensuite par Niok, Reyep et les finlandaises. Après avoir regardé les magasins de tourisme de la rue de Rivolie, nous partons attendre devant Junku. Nous seront rejoins par Sixx, puis Filth, pichoune, et d’autres… Au resto c’est Ayou qui nous rejoins et pour finir Kourai, ludie et une copine. J’ai mangé un bon chahan 🙂 miam
Nous partons ensuite vers le Carrousel du Louvre glander un peu. Puis nous partons ensuite vers la salle de concert.
Pendant que Niok fait distribuer les flyers de JaME nous attendons à l’intérieur. Je me prend le CD de MUCC : 6 en version française. J’aime pas du tout le fait d’avoir traduit les titres des chansons. Qu’on mette la traduction je veux bien mais les titres de Mucc seront jamais en français pour moi…Haruka, sera toujours Haruka et pas Au loin… -_-, Puis je ne sais pas si c’est fait exprès, mais la dernière page est toujours écrite en japonais… Ca fait un peu couillon !
Le concert c’est super bien passé, j’étais sur la gauche, je me suis bien éclatée, enfin surtout sur les titres de 6, forcément. Maintenant, je me tâte pour acheter les autres… Enfin, quand j’aurais des sous, là c’est la cata j’ai plus rien.
Deux billets d’avion, trois tickets de train, un CD, un DVD, le cadeau pour mon chéri, un épilateur électrique, deux tickets de concert, un jogging, une paire de basket, du maquillage Agnès B, plus les extra en resto et autres… Le tout en 1 semaine, ça fait beaucoup pour mon porte feuille… Vivement la paie ! J’ai clairement pas été raisonnable sur ce coup là.

La setlist du concert :
01 – Kuukyo no heya
02 – Akai Sora
03 – Zetsubou
04 – Saishuu Ressha
05 – Hari bote no otona
06 – Rojiura boku to kimi e
07 – Daremo inai ie
08 – Gentôsanka~Forty Six
09 – Tonbi
10 – Media no juusei
11 – Zutazuta
12 – Monochro no keshiki
13 – Ryuusei (new song)
14 – Aori~Monster
15 – Mae e
16 – Suimin
Premier rappel :
EN1 – Yuu Beni
EN2 – Namonamuki yume
EN3 – Tsubasa
Deuxième rappel :
En4 – Daikirai

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.