La 5e vague : une belle adaptation qui manque de profondeur

310202

La 5e vague est un de mes coups de cœur littéraire de 2013. Je savais qu’une adaptation était prévue, même avant que l’auteur n’ait terminé sa trilogie. Quand un un livre qu’on a adoré est adapté on est toujours un peu anxieux. L’oeuvre sera-t-elle respectée ? Vais-je retrouver l’ambiance qui m’a fait tourner les pages si vite ? J’ai peu regarder les bandes annonces et j’ai croisé les doigts. Et le moins que l’on puisse dire c’est que je n’ai pas été déçu.

La_5eme_VagueLa 5e vague

SYNOPSIS : Quatre vagues d’attaques, chacune plus mortelle que la précédente, ont décimé la presque totalité de la Terre.
Terrifiée, se méfiant de tout, Cassie est en fuite et tente désespérément de sauver son jeune frère. Alors qu’elle se prépare à affronter la cinquième vague, aussi inévitable que fatale, elle va faire équipe avec un jeune homme qui pourrait bien représenter son dernier espoir – si toutefois elle peut lui faire confiance

Avis : Le livre de Rick Yancey a été, de mon point de vu, très bien adapté par J Blakeson. Je l’ai lu il y a deux ans maintenant, mais l’oeuvre a été respecté jusqu’à certains dialogues. C’est franchement agréable de voir que c’est possible.
Des détails ont été bien entendu changé ou adapté mais franchement c’est mineur. On peut toujours pinailler en ce disant qu’ils manquent des événements, mais il n’y a que deux heures de films il faut faire des choix. C’est vrai que du coup le récit est rapide, alors que cela prend des mois dans le bouquin. On comprend sans doute moins les choses quand on n’a pas lu le livre.
C’est vrai que cela va vite, les événements s’enchaînent alors que dans le livre on sait qu’il se passe des semaines, voir des mois. Les personnages y sont plus développés que ce soit Cassie, Zombie, Ringer, Sam, Evan etc. Il y a l’avant et l’après apocalypse.

Le seul gros soucis c’est que je le trouve trop lisse, la brushing de Chloë Grace Moretz même après des jours passés dans la forêt, pas de sang (PG12 !), un Colonel Vosch qui semble moins effrayant que dans le livre etc. Si les spectateurs ne voient que l’amourette alors c’est vraiment dommage car ce n’est vraiment pas le centre du récit originel.

C’est vraiment dommage qu’il soit si mal perçu par le public car la matière première est vraiment intéressante avec des questionnements plus profonds qu’une simple amourette. Ça ne se ressent pas forcément dans le film, mais Cassie en chie, mais elle en devient plus forte, plus mature, elle grandit plus vite par la force des choses. Si le livre a été bien retranscrit il manque au film ce qui était l’essence même du livre de l’action, des questionnements et une énorme rage de vivre.

On peut trouver le récit convenu et sans surprise, mais c’était déjà le cas du roman, ça ne l’a pas empêché d’être un succès. Cassie est une héroïne forte, qui avance malgré les galères et la fin de son monde. Quel dommage qu’il n’est pas pu convaincre le public. La suite est désormais compromise.

PS : J’écris 5e et non 5ème parce qu’en typographie c’est comme ça. Je ne renierais pas mes années d’études dans l’infographie. na.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tanja

Je suis tombée dans les animes et les mangas depuis toute petite. Mais depuis 1997 je me suis spécialisée dans la Jmusic sur divers média. Avant toute chose j'aime le rock sous toutes ses formes et je m'éclate en concert. Depuis peu j'ai acquis un doctorat en manga avec des chats.

4 pensées sur “La 5e vague : une belle adaptation qui manque de profondeur

  • 3 février 2016 à 8 h 09 min
    Permalink

    Merci pour le PS, j’aurai appris quelque chose aujourd’hui 🙂
    http://www.academie-francaise.fr/abreviations-des-adjectifs-numeraux

    Concernant le film/livre, n’étant pas spécialement fan de la SF que je qualifierai « d’ado » (sans connotation péjorative), elle est bien à l’image de sa cible : pas mûre. Comme vous l’évoquez dans votre billet, elle se retient de « choquer » (violence, sang, sexe, …) alors que tout ces éléments font partie de la vie réelle, et en devient alors un pale reflet bien terne… pour le la SF ou Fantasy (qui est censé nous faire rêver?) c’est tout de même bien dommage!

    Dès que le film sera dispo en DVD/BluRay, j’y jetterais un oeil tout de même en espérant y trouver tout de même des inspirations nouvelles(?), de bonnes idées(?)… cela risque d’être un peu difficile avec tous les films de « survie » et de « fin du monde » que l’on voit défiler sur grands et petits écrans ces 10 dernières années.

    J’avais par exemple bien aimé « Seeking a Friend for the End of the World » (2012) (« Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare » en VF) plutôt original dans sa démarche.

    • 3 février 2016 à 14 h 08 min
      Permalink

      En fait ce n’est pas qu’une question d’être mûr ou pas. Les livres sont très dur, et c’est la transposition en images qui est complexes. Imaginer quelques choses et le « voir » est très différente. On peut ne pas détailler ou tourner la chose autrement à l’écrit. C’est impossible à l’image à moins de lisser et d’aseptiser.
      C’est ce qui arrive avec les films YA. La littérature en elle-même n’a que peu de limite. Les majors qui sortent un blockbusters en ont.
      La classification PEGI (La classification par âge est un système destiné à garantir un étiquetage clair des contenus de loisirs (tels que les films, vidéos, DVD et jeux vidéo) par classe d’âge en fonction du contenu.) est importante c’est ce qui permettra à un film d’être vu par une petite tranche d’âge où tout le monde. Et les majors ils veulent que ça soit vu par le plus grand nombre vu que le lecteur de base est « jeune » et qu’ils veulent rentrer dans leurs frais.
      C’est donc un peu insoluble… :/
      Enfin, si il faut lire les livres 😀
      Non il ne faut pas espérer y voir de nouvelles idées. Par contre je recommande le livre qui, si il n’est pas original, à le mérite d’être très prenant !

  • 3 février 2016 à 20 h 58 min
    Permalink

    Je suis contente de voir que l’on partage le même avis. C’était bien, le livre est respecté même s’il y a un élément qui m’a chatouillé mais je n’ai pas retrouvé l’ambiance du livre. C’est moins sombre, plus enfantin, et d’ailleurs mon ami l’a souligner également. Certains passages /détails restent trop lisses en effet. Mais c’est une belle adaptation tout de même.

    • 3 février 2016 à 21 h 15 min
      Permalink

      On est d’accord ^^ !!

Commentaires fermés.